Incendie à Auriol : après avoir parcouru 90 hectares de végétation, le feu est enfin fixé

270 pompiers restent mobilisés pour suveiller d'éventuelles reprises de feu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'incendie s'est déclenché à Auriol (Bouches-du-Rhône) vers 16h45 mardi 6 avril. (GOOGLE MAPS)

"Les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône, appuyés par leurs homologues du Var et les marins pompiers de Marseille, sont parvenus à fixer le feu" qu'ils combattaient depuis mardi après-midi au nord d'Auriol, indique mercredi 7 avril un communiqué du service d'incendie et de secours des Bouches-du-Rhône publié à la mi-journée.

Après une nuit de lutte, "270 pompiers et 95 engins sont toujours mobilisés" face au risque de reprises. "Les équipes spécialisées du détachement d’intervention héliportée (DIH) interviennent sur les lisières dans un secteur boisé et particulièrement difficile d’accès. Les opérations de reconnaissances et d’extinction se poursuivent toute la journée dans ce relief escarpé", poursuit le Sdis. Mardi, deux avions Dash et 4 Canadair ont effectué 34 largages sur la zone.

L'origine des flammes encore inconnue

Le feu de forêt dans le massif de Regagnas a "parcouru 90 hectares". "Aucune habitation n’a été endommagée" et "la majorité des habitants qui avaient quitté leur domicile hier soir ont pu regagner leur habitation", souligne également le communiqué. "La sécheresse des sols et des végétaux, conjuguée au vent violent laissent craindre d’autres départs de feu", alertent les pompiers. Ils rappellent "l’interdiction de l’emploi du feu (brulage et écobuage) notamment à proximité des massifs forestiers", alors que le mistral souffle "encore violemment avec des rafales jusqu’à 55 km/h sur le secteur avant de tomber en intensité en fin de journée". 

200 habitants avaient été évacués à leur demande mais étaient quasiment tous rentrés chez eux mardi soir. "Les personnes ont été évacuées dans un premier temps en prévention et ensuite le feu a gagné certaines habitations, mais aucune n'a été touchée grâce aux pompiers qui sont intervenus très rapidement", avait précisé mardi soir Véronique Miquelly, la maire de la commune de 13 000 habitants, qui se réjouissait de ne déplorer "aucune victime, pour l'instant, et pas de maison brûlée".

"On ne connaît pas l'origine du feu. Il est parti très vite, et il a très vite gagné du terrain à cause de la sécheresse et du vent qui souffle encore très fort", a expliqué Véronique Miquelly.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.