Cet article date de plus d'un an.

Corse : l'incendie, toujours en cours, a brûlé 1 000 hectares, "un travail de fourmis" attend les pompiers aujourd'hui

La préfecture assure que l'incendie, déclenché mardi entre Quenza, en Corse-du-Sud, et Solaro, en Haute-Corse, et qui a parcouru quelque 2 100 hectares ne présente, à ce stade, aucun danger pour la population et les habitations.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Solaro et Quenza, en Corse. (GOOGLE MAPS)

"Plusieurs jours de travail seront nécessaires pour un retour à la normale", indique mercredi 5 février la préfecture de Corse dans un communiqué. "L’incendie de Bavella n’a pas évolué pendant la nuit, la surface parcourue par le feu est estimée, à l’heure actuelle, à 1 100 hectares", précisent les autorités.

"C'est un travail de fourmis"

La préfecture assure que l'incendie, déclenché la veille entre Quenza (Corse-du-Sud) et Solaro (Haute-Corse) "ne présente, pour l’instant, aucun danger pour la population et les habitations". Plusieurs foyers de l'incendie sont difficiles d'accès, ce qui explique que "la stratégie de lutte, pour la journée, est de le fixer et d’éviter toute reprise". "C'est un travail de fourmis", confirmait mercredi matin sur France Bleu RCFM Jean-Noël Rigaud, chef du groupement sud au service d'incendie de Haute-Corse, "il consiste à aller chercher tous les foyers que nous pourrons traiter, même loin dans le relief".

360 personnes sont mobilisées, dont 120 pompiers de Corse et 120 renforts du continent (marins-pompiers de Marseille, sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône, du Var, des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes). Par ailleurs, 40 militaires de la Sécurité civile, 40 forestiers-sapeurs et 15 gendarmes sont mobilisés, ainsi que des agents de l’ONF. "En termes de moyens matériels, 120 engins sont engagés ainsi que du matériel de forestage. Quatre Canadair renforcent, dès aujourd’hui, le dispositif de lutte. Deux hélicoptères complètent le travail des équipes au sol", précise la préfecture.

"Une enquête est en cours afin de déterminer l’origine de l’incendie. La cellule technique d’investigation sur les incendies de forêt (CTIIF) a été activée, appuyée par une équipe cynophile", poursuivent les autorités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.