Importantes perturbations sur la ligne TGV entre Paris et la Bretagne après une panne d'alimentation

Les 500 passagers d'un TGV Paris-Rennes-Brest, bloqué toute la matinée de vendredi en Mayenne, ont tous été transbordés dans un TER venu les secourir. 

Un TGV dans la gare Montparnasse, à Paris, le 18 mars 2003. 
Un TGV dans la gare Montparnasse, à Paris, le 18 mars 2003.  (MARTIN BUREAU / AFP)

Ils sont restés bloqués plus de sept heures. Cinq cents passagers d'un TGV Paris-Rennes-Brest ont dû être transbordés, vendredi 13 février en début d'après-midi, dans un TER venu les secourir au niveau de Saint-Pierre-la-Cour (Mayenne). L'arrachement accidentel d'une caténaire a provoqué une panne d'alimentation, indique la SNCF. 

D'importantes perturbations subsistent sur la ligne TGV dans le sens Paris-Bretagne, avec un contournement par Nantes (Loire-Atlantique) et Redon (Ile-et-Vilaine), qui provoque des retards de deux heures environ. "Des travaux sont encore nécessaires jusqu'à au moins demain matin [samedi]", peut-on lire sur le site Infolignes de la SNCF.

Dans le sens Bretagne-Paris, une voie a pu rouvrir à 16h15 et le trafic reprend progressivement. 

"Plein de morceaux giclaient partout"

L'incident s'est produit vers 9 heures. Le TGV victime de la panne avait quitté Paris à 7h03 et s'est immobilisé en pleine campagne. "Au moment du passage du train, le pantographe [bras articulé qui relie le train au câble électrique au-dessus des voies] a arraché la caténaire, provoquant une panne d'alimentation", explique la SNCF à francetv info. 

Interrogée par France Bleu Breizh Izel, une passagère décrit "plein de morceaux qui giclaient partout".

Dans un autre tweet, la radio évoque un "câble tombé sur la vitre avec des étincelles". A ce moment, il est question de 600 passagers.

En pleine période de vacances scolaires

Dès l'annonce de la panne, deux contrôleurs sont venus prêter main forte à leurs quatre collègues. "On est en période de vacances, il y a parmi les passagers des enfants et des personnes âgées, on redouble d'attention par rapport à eux", souligne un responsable de la direction régionale.

La SNCF a envisagé l'envoi d'une locomotive diesel pour tracter le convoi. Mais ce scénario a dû être abandonné, la caténaire abîmée rendant l'opération impossible. Finalement, un TER a été envoyé sur place depuis Rennes et les 500 passagers y ont été transbordés.