Cet article date de plus d'un an.

Immeubles effondrés à Marseille : hommage aux victimes de la rue de Tivoli

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Une semaine après l’explosion d’un immeuble à Marseille qui a fait huit morts, une cérémonie a eu lieu en fin de matinée, dimanche 16 avril, afin de rendre hommage aux victimes.
Immeubles effondrés à Marseille : un hommage aux victimes de la rue de Tivoli Une semaine après l’explosion d’un immeuble à Marseille qui a fait huit morts, une cérémonie a eu lieu en fin de matinée, dimanche 16 avril, afin de rendre hommage aux victimes. (France 3)
Article rédigé par France 3 - E. Pelletier, E. Bonnot, M. Flores, France 3 Provence-Alpes, P. Brame
France Télévisions
France 3
À Marseille, une semaine après l’explosion d’un immeuble rue de Tivoli qui a fait huit morts, une cérémonie avait lieu dimanche 16 avril en fin de matinée, pour rendre hommage aux victimes.

Huit longues minutes de silence dimanche matin 16 avril dans ce quartier de Marseille (Bouches-du-Rhône), à la mémoire des huit personnes décédées il y a une semaine, puis une salve d’applaudissements. "Il faut être là pour rendre hommage à ceux qui sont partis et qui n’ont pas eu la chance de dire au revoir à leur famille", dit une habitante. Un rassemblement organisé à l’initiative d’une association née après l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, en 2018.

Plus de 300 habitants évacués

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, une explosion réveille un quartier entier. Sur place, rue de Tivoli, les pompiers découvrent un amas de béton, plus de 1 000 m3 de gravats. Plusieurs immeubles à terre, des jours de recherches, mais aucun survivant. Huit corps sont finalement retirés des décombres. L’enquête judiciaire, elle, se poursuit. L’hypothèse privilégiée est celle d’une fuite de gaz, dont il reste maintenant à déterminer l’origine. Au total, dans le secteur, 42 immeubles et plus de 300 habitants sont évacués. Des habitants qui ne savent pas encore quand ils pourront rentre chez eux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.