Cet article date de plus de six ans.

Il lance un appel sur Facebook pour retrouver sa prothèse de course

Amputé de la jambe droite, Mikaël Lamour s'est fait voler la prothèse qu'il venait d'acheter, spécialement conçue pour lui et qui lui a coûté près de 10 000 euros. Il lance un appel sur les réseaux sociaux pour retrouver le précieux objet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mikaël Lamour s'est fait voler sa prothèse de course, samedi 28 février, à Brest (Finistère). (BLEUENN LE BORGNE, CHRISTOPHE MOLINA / FRANCE 3 BRETAGNE)

Il n'a couru qu'une seule fois avec. Quelques heures après avoir étrenné sa nouvelle prothèse de course, Mikaël Lamour, un Brestois de 40 ans, s'est fait voler le précieux objet, samedi 28 février à Brest (Finistère). "Cela s'est passé entre 15 heures et 15h40 sur le parking de la rue Amiral-Linois. Ils ont cassé la vitre du coffre et arraché la plage arrière pour voler les sacs de sport", raconte l'athlète amateur à francetv info.

L'objet, non remboursé par la Sécurité sociale, coûte près de 10 000 euros. "C'est une prothèse en carbone, fabriquée en trois mois. Elle est étudiée par rapport à ma morphologie et à mon poids. Une autre personne amputée ne peut pas la mettre", détaille Mikaël. "Il y a un numéro de série, ils ne peuvent pas la vendre", précise-t-il.


(BLEUENN LE BORGNE, CHRISTOPHE MOLINA / FRANCE 3 BRETAGNE)

"Une sacrée histoire"

La "sacrée histoire" de ce mécanicien de profession commence en 2008. En vacances sur l'île de la Réunion, il se baigne et se coupe le dessous du pied sur le corail. "Aux urgences, ils ont nettoyé la plaie, mais ils ont oublié de regarder s'il y avait un morceau dans mon pied, raconte-t-il. Deux mois et demi plus tard, j'ai fait une septicémie". Organisme vivant, le corail s'est développé dans son organisme.

La maladie déforme son pied. "C'était comme si vous mettiez une motte de beurre au soleil et que vous la récupériez cinq minutes après", détaille-t-il. Il abandonne la course à pied. "Je refusais l'amputation, parce que je n'étais pas prêt mentalement", poursuit-il. Mikaël finit par accepter, après s'être cassé le pied.

"Je n'ai pas l'argent pour en acheter une autre"

Il décide alors de se remettre à la course. Une décision stoppée net par ce vol. "Je n'ai pas l'argent pour acheter une autre prothèse. J'ai déjà fait un prêt sur cinq ans pour l'acheter", explique-t-il. Son assurance ne rembourse que 1 000 euros sur le contenu de la voiture fracturée. Son seul espoir : que les voleurs s'en débarrassent sur la voie publique et que quelqu'un la retrouve.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il a demandé à un voisin de lancer un appel sur Facebook, que francetv info relaye à la fin de cet article. "Cet objet qui ne vous servira à rien m'est indispensable", conclut l'athlète amateur.

L'appel à l'aide lancé par un voisin de Mikaël sur Facebook. (MIKAEL LAMOUR)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.