Cet article date de plus de quatre ans.

Hérault : deux chevaux de trait s'emballent et blessent six personnes dont une grièvement lors d'un concours de labours

Le maire de Baillargues (Hérault) Jean-Luc Meissonier a expliqué, dimanche à France Bleu Hérault, que "d'après plusieurs témoignages, des enfants qui jouaient sans surveillance ont jeté des cailloux sur les chevaux qui se sont emballés".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cheval de trait à Gabriac, dans l'Aveyron, le 23 novembre 2017. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

Un concours de labours organisé par la commune de Baillargues (Hérault) a mal tourné, dimanche 18 mars, rapporte France Bleu Hérault. Deux chevaux de trait étaient en train d'être ferrés quand ils se sont emballés. Dans leur élan, ils ont embarqué la barrière métallique à laquelle ils étaient attachés. Cette clôture a violemment percuté six personnes dont une femme de 30 ans. Grièvement touchée au rachis et au bassin, elle a dû être transportée par les pompiers au CHU Lapeyronie de Montpellier.

Les autres victimes sont plus légèrement blessées. Un enfant de 5 ans a notamment été blessé à la cheville droite, tandis que deux femmes de 56 ans et 66 ans souffraient du coude et de la main. Elles ont également été transportées à l'hôpital pour des soins.

Des enfants à l'origine de l'emballement des chevaux

Contacté par France Bleu Hérault, le maire de Baillargues Jean-Luc Meissonier explique que "d'après plusieurs témoignages, des enfants qui jouaient sans surveillance ont jeté des cailloux sur les chevaux qui se sont emballés. Le maréchal-ferrant était en train de manier un fer à cheval et n'a pas eu le temps de réagir".

Les gendarmes et les pompiers se sont rendus sur les lieux de l'accident qui a mobilisé au total pas moins de quatre ambulances. Une vingtaine de participants étaient sur place au moment des faits ainsi que de nombreux animaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.