Haut-Rhin : un homme fonce en voiture sur la mosquée de Colmar sans faire de victime

L'attaque est survenue samedi peu avant 20 heures, selon la préfecture. D'après la procureure de la République de Colmar, l'homme s'est lui-même blessé à l'arme blanche et a été hospitalisé, devant subir une intervention chirurgicale.

Des policiers devant la Grande Mosquée de Colmar (Haut-Rhin), le 21 septembre 2019.
Des policiers devant la Grande Mosquée de Colmar (Haut-Rhin), le 21 septembre 2019. (MAXPPP)

Un homme a foncé volontairement sur l'entrée de la Grande Mosquée de Colmar, samedi 21 septembre, sans faire de blessé, avant d'être interpellé, ont indiqué des sources policières à France 3. L'événement est survenu peu avant 20 heures, selon la préfecture du Haut-Rhin.

D'après la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, l'homme s'est lui-même blessé à l'arme blanche et a été hospitalisé, devant subir une intervention chirurgicale. "Il sera examiné par un psychiatre dès que possible", a poursuivi la magistrate, estimant qu'à première vue, il souffrirait "de problèmes psychiatriques".

Des motivations encore inconnues

Des témoins ont affirmé qu'"il aurait dit Allah akbar". "J’ai entendu une dizaine de fois, de mes propres oreilles, le conducteur crier Allah akbar, avec un accent clairement arabophone, alors qu’il se trouvait par terre dans la salle de prière, et recevait les premiers soins médicaux sur place. C’est quelqu’un que je n’avais jamais vu à la mosquée", a déclaré aux Dernières Nouvelles d'Alsace l'ex-président de la Grande Mosquée de Colmar, Naji-Saïd Darir.

Ces informations restent à confirmer, selon la procureure de Colmar. Elle a précisé que le chauffard serait "placé en garde à vue et entendu dès que possible". "On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là", a-t-elle relevé, confirmant qu'il n'y avait pas d'autre blessé que lui-même en dépit de la présence de "quelques personnes dans la mosquée" au moment où il en avait percuté l'enceinte. "Des investigations sont faites sur le véhicule", toujours selon la magistrate.

Le Conseil régional du culte musulman (CRCM) d'Alsace et le Conseil des imams et cadres religieux d'Alsace (Cicra) "condamnent avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable contre un lieu de culte". "Nous faisons confiance à la justice pour faire toute la lumière sur ce terrible événement", ajoutent-ils.