Mort de trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme : "Les hommes violents avec leur femme ou leurs enfants sont un danger pour toute la société", estime Marlène Schiappa

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur affirme que les auteurs de violences conjugales "cumulent plusieurs types de violences, c'est ce qu'on a vu là car il a fait feu et tué trois gendarmes et blessé grièvement un quatrième".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Les hommes violents avec leur femme ou avec leurs enfants sont un danger pour toute la société et pas uniquement pour leur famille", a estimé mercredi 23 décembre sur franceinfo Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, après la mort par balles de trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme, dans la nuit de mardi à mercredi

L'auteur des tirs, qui est âgé de 48 ans, était connu des services de police et de la justice, pour non-paiement de la pension alimentaire et menaces de mort réitérées sur son ex-femme, en 2016 et 2017, dans le département du Vaucluse."En général ce sont des personnes qui cumulent plusieurs types de violences, c'est ce qu'on a vu là car il a fait feu et tué trois gendarmes et blessé grièvement un quatrième", poursuit Marlène Schiappa.

"Une responsabilité globale de la société"

Cet évènement tragique rappelle selon la ministre que les forces de l'ordre sont "en premières ligne" dans les affaires de violences conjugales. "Tous les jours, il y a des policiers, des gendarmes, qui interviennent dans les foyers, qui poussent les portes pour aller sauver des femmes et des enfants au péril de leur vie au sens premier du terme". Marlène Schiappa estime qu' il y a "une responsabilité globale de toute la société y compris des témoins".

Quand on est témoin de violences conjugales et intrafamiliales il faut qu'on appelle les forces de l'ordre et particulièrement pendant les fêtes de fin d'année, on sait que c'est une période de recrudescence de violences conjugales.

Marlène Schiappa

à franceinfo

Contre ce type de violences affirme que l'engagement du gouvernement "ne faillit pas". "Nous avons lancé le recrutement de deux intervenants sociaux par département, dans chaque brigade de gendarmerie et dans les commissariats pour que les femmes soient mieux accompagnées", a-t-elle précisé. Marlène Schiappa rappelle par ailleurs qu'une plateforme - arretonslesviolences.gouv.fr - est ouverte 24/24, sept jours sur sept et que l'on peut "téléphoner au 17 et, si on ne peut pas parler, on peut envoyer un sms au 114. Les moyens d'appeler au secours existent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.