Gendarme tué en Gironde : le jeune motard mis en examen

L'adolescent pilotait une moto de cross dimanche quand il a percuté un gendarme lors d'un contrôle de vitesse sur un chemin départemental à Salles, au sud de Bordeaux.

L\'adolescent qui roulait dimanche sur une moto de cross trafiquée et a percuté un gendarme, a été mis en examen mardi 6 février pour \"homicide involontaire aggravé.
L'adolescent qui roulait dimanche sur une moto de cross trafiquée et a percuté un gendarme, a été mis en examen mardi 6 février pour "homicide involontaire aggravé. (MAXPPP)

L'adolescent qui a percuté un gendarme, mort le lendemain de ses blessures, a été mis en examen mardi 6 février pour "homicide involontaire aggravé". Il a été placé sous contrôle judiciaire, a annoncé le parquet de Bordeaux. Ces délits sont passibles d'une peine de 7 ans de prison.

Le parquet avait également demandé la mise en détention de l'adolescent qui a finalement été place sous contrôle judiciaire avec "interdiction de conduire un véhicule terrestre à moteur, obligation de suivre un enseignement, de se soumettre à des soins, de répondre aux convocations de la protection judiciaire de la jeunesse".

Le cyclomoteur non homologué

L'adolescent, âgé de 15 ans, pilotait une moto de cross dimanche quand il a percuté vers 16h30 un gendarme de la brigade de Belin-Beliet, lors d'un contrôle de vitesse sur un chemin départemental à Salles, au sud de Bordeaux.

Propriétaire de cette moto depuis décembre 2017, il "a reconnu avoir vu le gendarme lui demander de s'arrêter pour le contrôler, ne pas avoir obtempéré ni tenté de l'éviter. Il a par ailleurs admis avoir acquis ce cyclomoteur en sachant que sa cylindrée avait été augmentée à environ 88 cm3. Son véhicule n'était pas homologué pour circuler sur la voie publique", avait précisé le procureur adjoint.

Selon les témoignages du gendarme qui se trouvait à côté de la victime et d'un automobiliste, il "circulait à une vitesse excessive". Sans casier judiciaire, il devait comparaître prochainement devant un juge des enfants dans le cadre d'une affaire de dégradations et de violation de domicile.