Fin de la prise d'otage à la prison de Nancy

Un détenu avait pris en otage un surveillant de prison du centre de détention de Nancy-Maxéville ce lundi vers 13h30. Le gardien a été libéré au bout de trois heures, il est sain et sauf.

(Un détenu retient un gardien en otage à la prison de Nancy © Mohand Chibani/Radio France)

L’alerte sur la prise d’otage à la prison de Nancy-Maxéville avait été donnée à 13h15 ce lundi et elle s'est terminée vers 16h30. Selon les premiers éléments, un détenu muni d’une arme blanche retenait un surveillant et il s'est finalement rendu. Le gardien n'aurait subi aucune violence. La prise d'otage s'est déroulée dans le quartier des détentions, la zone de la prison où se situent les cellules de personnes condamnées à des peines entre un an et cinq ans de prison.

Un portable confisqué ?

Selon les informations de France Bleu Lorraine, le détenu n'aurait pas supporté qu'on lui retire un téléphone portable découvert dans sa cellule. Des policiers avaient été déployés dans le bâtiment ainsi que des équipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) venues de Strasbourg. Le procureur de la République de Nancy, Thomas Pison, s'était rendu sur place en compagnie d'un représentant de la préfecture de Meurthe et Moselle et du Directeur départemental de la Sécurité Publique (DDSP). D’après un représentant du syndicat FO-pénitentiaire, David Daems, le surveillant retenu en otage "n’a pas subi de mauvais traitement " de la part du détenu, qui ajoute que l'arme est probablement de nature artisanale, fabriquée avec "un bout de miroir " ou "une pointe de métal".

"Il est très facile de nous prendre en otage" (David Daems, secrétaire national FO-pénitentiaire)
--'--
--'--

A 15h30, la prise d’otage était toujours en cours. Des cris et des sifflets provenant d’autres cellules étaient entendus à l’extérieur du bâtiment devant lequel se sont massés les journalistes. Les familles et proches des détenus qui avaient prévu une visite et  parloir ce lundi n’ont pas pu rentrer dans l’établissement pénitentiaire. A 16h30, la fin de la prise d'otage était annoncée par les services de l'administration. L'auteur de la prise d'otage devait être placé en garde à vue. Il s'agit d'un détenu de 29 ans, condamné pour vol, violences et détention d'arme. Il était libérable en août 2015.

 

La prison de Nancy a été inaugurée en 2009 par Rachida Dati, alors ministre de la Justice. Le centre pénitentiaire d'une capacité de près de 700 places compte 300 personnels de surveillance. La prison de Nancy-Maxéville a souvent été présentée comme un établissement modèle mais les syndicats et notamment l'UFAP dénoncent régulièrement un manque de personnel et des violences régulières. 

(La prise d'otage a lieu au centre de détention de Nancy Maxéville © Idé)