Fin de la mutinerie à la prison de Bourg-en-Bresse

Des détenus de la prison de Bourg-en-Gresse (Ain) étaient retranchés depuis 16h dans un des étages de l'établissement. Les équipes régionales d'intervention et de sécurité sont intervenues et ont rétabli l'ordre. Selon le principal syndicat pénitentiaire, l'UFAP, la mutinerie aurait eu pour origine une "incompréhension" (le port du short) entre les moniteurs de sport et les détenus.

(IDÉ)

Depuis 16h ce jeudi, une
trentaine de détenus étaient retranchés dans un étage du centre
de détention de Bourg-en-Bresse. Les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) arrivées à 17h30, ont rétabli le calme vers 19h. Pas de blessé mais des dégâts.

Selon le principal syndicat pénitentiaire UFAP,
les détenus auraient détruit du matériel, comme les lumières, les caméras de
surveillance et auraient inondé la coursive. Ils auraient également placé du mobilier en travers de la coursive pour empêcher tout accès. 

On ne connaît pas encore les
raisons exactes de cette mutinerie. Il pourrait s'agir, selon le délégué UFAP
de Bourg-en-Bresse Stéphane Pieltant, d'une "incompréhension "
entre les moniteurs de sport et les détenus. Ces violences ne semblent pas être
liées à la surpopulation.

Même si les détenus sont plus nombreux que les places dans l'ensemble de la prison, la situation est inverse dans l'aile concernée par la mutinerie. 90% des places sont occupées et les cellules sont individuelles ouverte en journée. 92% des détenus sont condamnés à des moyennes ou des longues peines.