Blois : des renforts de police envoyés après une nuit d’émeutes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Blois : des renforts de police envoyés après une nuit d’émeutes
France 3
Article rédigé par
B.Delombre, O.Feniet, X.Roman, M.Dreujou, France 3 Centre Val de Loire, M.Marini - France 3
France Télévisions

Dans un quartier de Blois (Loir-et-Cher), un supermarché a été dégradé et des voitures ont brûlé toute la nuit du mardi 16 au mercredi 17 mars. À l’origine de la colère de ces individus, un accident qui a fait quatre blessés dont deux graves. 

À Blois, dans le Loir-et-Cher, la nuit du mardi 16 au mercredi 17 mars a été une longue nuit de violences. Retour sur les faits : vers 18h30, une voiture de marque allemande refuse de se soumettre à un contrôle de police, elle grille un feu et percute deux autres voitures, au croisement de l’avenue de France et l’avenue de Vendôme. Le conducteur s’enfuit, tandis que deux de ses passagers, connus des services de police, sont grièvement blessés. Deux occupants des autres voitures sont légèrement touchés.

Des renforts envoyés sur place

Des violences urbaines ont ensuite éclaté. Alors que des policiers s’approchent du lieu de l’accident, ils sont "pris à partie par une cinquantaine d’individus très hostiles, qui s’en sont pris aux collègues", raconte Nicolas Coutant, syndicaliste policier. Dans la soirée, un supermarché est vandalisé, une crèche dégradée, des barricades montées et des véhicules incendiés. À 23 heures, un camion de livraison volé a été lancé à vive allure sur un barrage de police. Des renforts ont été dépêchés sur place, mercredi, pour soutenir la police en cas de nouvelle nuit de violences.

Cette flambée de violence a surpris par sa rapidité et son intensité”, rapporte le journaliste Olivier Feniet depuis Blois, pour France 3. Dans ce quartier, une zone urbaine prioritaire, la relation entre les jeunes et la police s’est détériorée. “Il y a une vraie colère contre les forces de l’ordre, que ces jeunes tiennent pour responsables de l’accident qui a eu lieu hier” ajoute le journaliste. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.