Explosion d'un immeuble à Paris : "L'état du réseau gazier pose un problème meurtrier"

Alexandre Vesperini, membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, s'inquiète du réseau gazier dans les grandes villes de France, dont Paris. Un état des lieux que conteste le distributeur, GRDF.

Des pompiers en intervention sur la rue de Trévise, où a eu lieu l\'explosion de gaz.
Des pompiers en intervention sur la rue de Trévise, où a eu lieu l'explosion de gaz. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"L'état du réseau gazier pose un problème meurtrier" à Paris, a estimé sur franceinfo, samedi 12 janvier, Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, après l'explosion d'une boulangerie du 9e arrondissement, qui a fait quatre morts.

Paris rayonne à travers le monde par la qualité de son réseau électrique, mais depuis un certain nombre d'années, Paris n'est pas une ville qui brille par la qualité de son réseau gazierAlexandre Vesperinisur franceinfo

"Le réseau gazier à Paris, comme dans d'autres très grandes villes de France, est dans une situation défaillante, vieillissante, dans une situation de vétusté", d'après l'élu. Les nombreuses rénovations du réseau en cours dans la capitale "n'empêchent pas qu'il y ait des catastrophes", a constaté Alexandre Vesperini.

"Les Parisiennes et les Parisiens doivent comprendre que l'état du réseau gazier pose un problème et qu'il va falloir que la maire de Paris Anne Hidalgo accélère la mise aux normes de ce réseau gazier qui pose un problème meurtrier", a souligné l'élu parisien.

Un état des lieux réfuté par GRDF

Dans un communiqué publié dimanche 13 janvier, Gaz réseau distribution France (GRDF) a vivement réagi aux propos d'Alexandre Vesperini. Le principal distributeur de gaz naturel en France "s'inscrit en faux quant à ses déclarations" et tient à rappeler que "le réseau de gaz parisien fait l’objet d’une surveillance permanente et d’un contrôle rigoureux"Dans ce communiqué, GRDF précise également que la surveillance du réseau "se traduit par plus de 50 millions d’euros investis annuellement et 40 km de réseaux renouvelés chaque année dans Paris pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimale". De plus, selon GRDF, "seule l'enquête judiciaire en cours sera à même de déterminer les causes du dramatique événement survenu hier".