Cet article date de plus de neuf ans.

Essonne : les clients d'un restaurant dévalisés, les agresseurs présumés arrêtés

Après une opération de car-jacking, ils ont braqué un restaurant de l'Essonne et dévalisé la vingtaine de clients présents. Quatre jeunes gens, auteurs présumés de cette épopée violente, ont été placés en garde à vue.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les quatre suspects sont trois
jeunes majeurs et un mineur, originaires de quartiers sensibles de l'Essonne.
Leur épopée commence dans l'après-midi de samedi à Ormoy (Essonne) par un car-jacking
: ils volent sa petite voiture à une mère de famille accompagnée de son enfant.
Ce vol intervient après une première tentative ratée.

Les gendarmes déclenchent le plan Epervier et, appuyés par un hélicoptère,
lancent leurs recherches. Ils alertent les policiers voisins, soupçonnant que
les voleurs puissent être originaires des Tarterêts, un quartier sensible de
Corbeil-Essonnes, situé en zone police.

En fin de soirée, la gendarmerie
reçoit l'appel d'un restaurant chinois de Saint-Germain-les-Corbeil, entre les
Tarterêts et Ormoy. Le commerce vient d'être braqué par quatre jeunes très
agressifs, armés et cagoulés qui ont également dépouillé la vingtaine de
clients présents : portefeuilles, bijoux et téléphones portables.

Les passagers d'un RER dévalisés

Rapidement, une patrouille de
police croise aux Tarterêts la voiture signalée volée, avec quatre hommes à
bord dont un "très défavorablement connu" des services de police,
selon la formule consacrée. Deux des occupants sont arrêtés, les deux autres
réussissent à prendre la fuite.

L'opération est mouvementée, les forces de l'ordre sont violemment prises à
partie par des jeunes du quartier.

Dans la matinée de dimanche, un
troisième malfaiteur est arrêté. Le quatrième se constitue prisonnier peu
après.

Cette attaque de restaurant
intervient deux mois et demi après un fait similaire dans l'Essonne déjà : les passagers
d'un RER avaient été agressés et dépouillés
par une bande d'une vingtaine de jeunes dans un train à l'arrêt en gare de
Grigny.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.