Otage française au Yémen : une cellule de crise a été ouverte au Quai d'Orsay

Une ressortissante française, qui vivait au Yémen depuis près de deux ans, a été enlevée dans la capitale.

France 2

Une Française a été enlevée à Sanaa au Yémen, ce mardi 24 février. Elle y résidait depuis mars 2013 et a été enlevée dans le centre de la ville. Le centre de crise a depuis été activé au ministère des Affaires étrangères.

Un point de contact avec la famille de la Française

"Sa compétence c'est négocier, enquêter pour comprendre les raisons et les coulisses de cet enlèvement. Cette cellule sert de point de contact avec la famille de l'otage, mais également avec les autorités locales au Yémen, à Sanaa, d'autant plus qu'il n'y a plus de représentation diplomatique française, même si le Maroc représente momentanément les intérêts français là-bas", précise l'envoyé spécial de France 2 sur place, Cyril Zha.

Mais le centre de crise du Quai d'Orsay n'est pas le seul sur le pont. Les services de renseignements français, très compétents en la matière, enquêtent également en toute discrétion.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux soldats gardent l\'entrée de l\'ambassade de France au Yémen, à Sanaa, le 18 janvier 2015. 
Deux soldats gardent l'entrée de l'ambassade de France au Yémen, à Sanaa, le 18 janvier 2015.  (MOHAMED AL-SAYAGHI / REUTERS)