Cet article date de plus d'onze ans.

En 2011, les Douanes ont explosé les saisies de cocaïne

Sur plus de 10 tonnes de cocaïne saisies en 2011 en France, 80% sont l’œuvre des douanes à la suite d’opérations sur des bateaux en mer ou à l’arrivée dans les ports français. Les saisies de tabac contrefait sont également en forte hausse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les Antilles restent la plaque
tournante du trafic de drogue.

En 2011, le cap des 10 tonnes de cocaïne saisie a été franchi, dont 8,3 tonnes
par les douanes, sur des bateaux en mer ou à l’arrivée dans les ports. Ce qui
représente une hausse de 63% en un an, relève Valérie Pécresse, lors de la
présentation du bilan annuel des Douanes.

Concernant les drogues de synthèse (amphétamines, ecstasy…), le bond des
saisies est de 223%, soit plus d’une tonne.

L’ensemble des produits stupéfiants saisis représente, pour 2011, une valeur
marchande de 425 millions d’euros.

La contrebande de tabac a également
signé un nouveau record en 2011, avec 462 tonnes (+33%) de tabac et de
cigarettes de contrefaçon ou importés illégalement, pour une valeur marchande
de 109 millions d’euros.

Selon le ministère de Budget, dont dépendent les Douanes, le manque à gagner
pour l’Etat atteint les 800 millions d’euros.

Produits cancérigènes

A mettre également à l’actif des
Douanes, des saisies record de contrefaçons (8,9 millions d’articles, +42%)
avec, en tête, de la papeterie (2,1 millions) suivie des vêtements, textiles et
chaussures (1,9 million) et des articles de bricolage.

Enfin, fait inquiétant, début
décembre, les douaniers du Havre ont fait main basse sur dix tonnes de faux
médicaments. En novembre, leurs collègues de Toulouse avaient saisi 140.000
ustensiles de cuisine en plastique fabriqués en Chine et qui contenaient des
taux inquiétants de matières cancérigènes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.