Cet article date de plus de deux ans.

Jacques Rançon, le "tueur de la gare de Perpignan", en garde à vue pour le meurtre d'une femme dans la Somme en 1986

Ce dossier avait fait l’objet d’un non-lieu le 26 février 1992.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jacques Rançon, lors de son procès en mars 2018, à Perpignan.  (RAYMOND ROIG / AFP)

Jacques Rançon, condamné en 2018 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et le meurtre de deux jeunes femmes à Perpignan à la fin des années 1990, est en garde à vue depuis mardi dans le cadre d'une enquête pour un homicide près d'Amiens (Somme) en 1986. Franceinfo l'a appris mercredi 19 juin de source proche du dossier, confirmant une information d'Europe 1.

L'ancien cariste-magasinier a été extrait mardi matin de la prison de Béziers (Hérault), où il purge sa peine, et placé en garde à vue à la gendarmerie de la ville. A 10h30 mercredi, la garde à vue a été prolongée, selon les informations de France Bleu Picardie et France Bleu Roussillon.

Le corps d'Isabelle Mesnage avait été retrouvé le 4 juillet 1986 aux abords d'un chemin de randonnée à Villers-Bretonneux (Somme). La jeune femme de 20 ans, salariée de l’hôpital d’Amiens, était portée disparue depuis cinq jours, alors qu’elle était partie faire une randonnée. Son corps portait des traces de coups. L’enquête ouverte par les gendarmes avait exploré de nombreuses pistes pendant plusieurs années, sans résultat, rappelle France Bleu. Le dossier avait fait l’objet d’un non-lieu le 26 février 1992.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparues de Perpignan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.