Disparues de Perpignan : la personnalité de Jacques Rançon dévoilée

Troisième jour de procès ce mercredi 7 mars dans l'affaire des disparues de la gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales). On découvre peu à peu le profil de celui que l'on surnommait le tueur de la gare, Jacques Rançon.

France 3

Dans le box de la cour d'assises de Perpignan (Pyrénées-Orientales), Jacques Rançon. Celui que l'on a surnommé le tueur de la gare de Perpignan consent à se livrer un peu. Il raconte son enfance pauvre, presque misérable, dans un village de Picardie. Il a été élevé par une mère illettrée et par un père maçon violent. Mais pour sa demi-soeur Denise, le passé et l'enfance de Jacques Rançon n'expliquent pas qu'il soit devenu un prédateur sexuel et un assassin.

Un pervers psychopathe 

Pour les experts psychiatres, la personnalité profonde de Jacques Rançon est celle d'un pervers psychopathe ne supportant aucune frustration et insensible à la souffrance d'autrui. Il n'éprouve aucun remords quand on évoque les deux femmes qu'il a assassinées, Mokhtaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez. Depuis son box, il n'a pas un regard pour la mère de Marie-Hélène, en pleurs. Jacques Rançon encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict sera rendu le 26 mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jacques Rançon (photo non datée), principal suspect dans l\'affaire des disparues de la gare de Perpignan, a été confondu par son ADN en octobre 2014.
Jacques Rançon (photo non datée), principal suspect dans l'affaire des disparues de la gare de Perpignan, a été confondu par son ADN en octobre 2014. (MAXPPP)