Disparation d'Émile : un mois après, aucune piste n'est écartée

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Disparation d'Émile : un mois après, aucune piste n'est écartée
Article rédigé par France 2 - E.Pelletier, A.Lay
France Télévisions
France 2
Les rues du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence) sont enfin rouvertes à la circulation, un mois après la disparition du petit Émile. Toutes les pistes restent explorées afin d'éclaircir les circonstances de sa disparition, après des recherches infructueuses.

Un mois après la disparition du petit Émile, 2 ans et demi, les rues du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence) sont enfin rouvertes à la circulation, après des semaines de recherches. Mais dans cette commune de 130 habitants, l'ambiance reste pesante. Accident, enlèvement, piste familiale : toutes les hypothèses sont explorées. Chacun ici a sa conviction. Le maire François Balique ne croit pas à l'implication de quelqu'un du village. "Les enfants sont tous choyés, protégés", assure-t-il.

Sa famille se constitue partie civile

Pour le moment, les recherches sont suspendues et les enquêteurs se livrent à un travail de fond. La campagne a été ratissée. 97 hectares ont été passés au peigne fin par des centaines de bénévoles et de gendarmes, parfois avec des drones, mais sans succès. Il faut passer à d'autres méthodes, comme l'exploitation de la téléphonie, des relevés bancaires, de la vidéosurveillance ou encore des perquisitions, comme l'explique Marc Rollang, porte-parole de l'association "Gendarmes et citoyens". Un mois après la disparition d'Émile, sa famille vient de se constituer partie civile pour avoir accès au dossier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.