Hommage à Steve Maia Caniço : scènes de violence à Nantes

À Nantes (Loire-Atlantique), l'interdiction de manifester dans le centre-ville a tourné à l'affrontement. Barricades incendiées, commerces vandalisés, face à face avec les forces de l'ordre, la journée a été tendue samedi 3 août. La cérémonie d'hommage à Steve Maia Caniço avait pourtant bien commencé.

Des scènes de guérilla urbaine. À Nantes (Loire-Atlantique), la préfecture est défendue par des lances à eau. Le mobilier urbain est détruit puis incendié et des échauffourées éclatent avec les forces de l'ordre. L'hommage à Steve Maia Caniço a sombré dans la confusion. À 13h30, le cortège se lance, mais la foule invective déjà les autorités. Les manifestants n'ont aucun doute, la police a provoqué la noyade du jeune homme. "Le fait d'avoir chargé des enfants qui jouaient le long des bâtiments là-bas… Pourquoi ? Parce qu'ils avaient fait du bruit ?", demande un homme. "J'ai une fille qui a 24 ans, un fils qui a 26 ans qui auraient pu mourir exactement de la même manière. Je suis une mère de famille, c'est pour ça que je suis là. Cet enfant aurait pu être mon enfant", rappelle une femme en colère.

Les Black Blocs présents

Les Black Blocs étaient aussi présents, s'en prenant à des petits commerces sous le regard sidéré des riverains. "C'est vachement intelligent ce que vous faites. Ça sert à quoi de casser des petits commerçants comme ça ?", invective une femme à un homme cagoulé. Des débordements qui contrastent avec l'hommage rendu le matin le long de la Loire. De longs applaudissements et une minute de silence lors de la marche blanche en hommage à Steve Maia Caniço, mais sans sa famille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les manifestants ont ensuite monté plusieurs barricades non loin de la préfecture à Nantes, samedi 3 août 2019.
Les manifestants ont ensuite monté plusieurs barricades non loin de la préfecture à Nantes, samedi 3 août 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)