Disparition de Lucas Tronche : l'émotion à Bagnols-sur-Cèze après la découverte d'ossements et de vêtements

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Disparition de Lucas Tronche : l'émotion à Bagnols-sur-Cèze après la découverte d'ossements et de vêtements
France 2
Article rédigé par
A-C. Hinet, V. Gaglione, M. Pannetrat, France 3 Languedoc-Roussillon, N. Sadok - France 2
France Télévisions

Dans la commune de Bagnols-sur-Cèze (Gard), l'émotion était considérable après la découverte jeudi 24 juin d'ossements et de débris de vêtements, qui pourraient appartenir à Lucas Tronche. L'adolescent de 15 ans avait brutalement disparu en 2015. 

À Bagnols-sur-Cèze (Gard), depuis six ans, personne n'a oublié son nom. La commune s'était mobilisée à la recherche de Lucas Tronche, 15 ans, disparu en mars 2015. Des proches de la famille et des commerçants ont tout fait pour retrouver l'adolescent. Ces derniers sont aujourd'hui partagés entre soulagement et tristesse, après la découverte jeudi 24 juin d'ossements et de débris de vêtements, à moins d'un kilomètre du domicile de la famille Tronche.

Des analyses génétiques sont en cours

"Malheureusement, si c'est Lucas, tant mieux, parce qu'au moins, ils peuvent fermer une porte. J'espère que ce n'est pas volontaire, qu'il est tombé", confie Florence Meseguer, commerçante, qui garde l'avis de recherche de Lucas Tronche accroché au mur dans sa boutique. Le maire (DVC) de la ville, Jean-Yves Chapelet, avait lui-même participé aux battues, aux côtés de la famille, sans jamais perdre espoir. "C'est un drame, et à la fois, c'est aussi un boulet qu'on arrête de porter, parce que depuis six ans, on a ces questionnements qui nous suivent", explique l'élu. L'avancée dans l'enquête a été rendue possible par de nouvelles recherches ordonnées dans des zones jusque-là trop difficiles d'accès. Des analyses génétiques sont en cours pour déterminer avec exactitude si les ossements appartiennent à Lucas Tronche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.