Cet article date de plus de deux ans.

Nordahl Lelandais soupçonné d'agression sexuelle sur une cousine mineure après la découverte d'une vidéo sur son téléphone

Nordahl Lelandais a été extrait de sa cellule pour être emmené à Domessin (Savoie). L'examen de son téléphone a permis de retrouver une vidéo, sur laquelle une fillette subit des attouchements. Il s'agit d'une cousine âgée d'environ 7 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nordahl Lelandais sur une photo publiée sur son compte Facebook. (FACEBOOK)

Nordahl Lelandais est soupçonné d'agression sexuelle sur une fillette de sa famille, a appris franceinfo de source proche du dossier, mercredi 6 juin, confirmant une information de BFMTV. Il a été extrait de sa cellule de l'hôpital du Vinatier, à Bron (Rhône), mercredi matin vers 10h, pour être emmené à Domessin (Savoie), commune où il vivait avec ses parents avant son incarcération. Selon la journaliste de France Bleu Isère présente à Domessin, les forces de l'ordre ont levé les barrages en place sur les routes.

Une semaine avant la disparition de Maëlys

L'exploitation technique de son téléphone par les enquêteurs a permis de retrouver une vidéo, sur laquelle une fillette subit des attouchements, de la part d'un homme soupçonné d'être Nordahl Lelandais, selon cette source. La vidéo a été tournée au domicile des parents de Nordahl Lelandais à Domessin (Savoie), environ une semaine avant la disparition de la petite Maëlys.

La petite fille est une cousine de Nordahl Lelandais âgée d'environ 7 ans, a indiqué le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel à France Bleu Gard Lozère. Elle vit dans la région de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard. 

Déjà mis en examen deux fois

Nordahl Lelandais est mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo, en août 2017 en Isère. L'ancien maître-chien l'est aussi dans le cadre de la disparition du caporal Arthur Noyer, en avril 2017 en Savoie.

Nordhal Lelandais a avoué dans ces deux affaires. Il l'a fait mercredi 14 février pour Maëlys et vendredi 30 mars pour Arthur Noyer. À chaque fois, il a indiqué aux enquêteurs les lieux où ont été découverts des ossements des victimes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.