Cet article date de plus de cinq ans.

Nordahl Lelandais a avoué le meurtre du caporal Arthur Noyer

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Nordahl Lelandais a avoué le meurtre du caporal Arthur Noyer
Nordahl Lelandais a avoué le meurtre du caporal Arthur Noyer Nordahl Lelandais a avoué le meurtre du caporal Arthur Noyer (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

Maëlys n'était pas sa première victime. Après trois mois de dénégation, Nordahl Lelandais reconnaît être à l'origine du meurtre du caporal d'Arthur Noyer, ce jeune militaire disparu il y a près d'un an à côté de Chambéry.

Poussé dans ses derniers retranchements, Nordahl Lelandais est à nouveau passé aux aveux. Jeudi, devant la juge et les instructeurs, il reconnaît les faits en quelques mots. C'est bien lui qui a tué Arthur Noyer, 23 ans. Les ossements du jeune caporal avaient été retrouvés au pied du massif des Bauges (Savoie) en septembre dernier. Depuis, les éléments à charge s'étaient multipliés contre Nordahl Lelandais. Sa voiture avait été filmée par une caméra de vidéosurveillance à Chambéry et surtout, son téléphone avait été localisé sur les lieux de la disparition du jeune militaire.

Une cellule dédiée au passé de Nordahl Lelandais

Maëlys, Arthur Noyer, deux meurtres avoués face à l'accumulation de preuves. Désormais, c'est toute la vie de Nordahl Lelandais qui est passée au crible. Emploi du temps, déplacement, relevé téléphonique, les enquêteurs épluchent le passé du maître-chien. À Pontoise (Île-de-France), une cellule spéciale s'y consacre depuis deux mois. "La cellule Ariane est chargée de retracer le parcours de vie du principal suspect. Ça consiste à regrouper une masse très importante d'informations qu'il faut mettre en rapport les unes avec les autres", expliquait le 15 février dernier le général Jean-Philippe Lecouffe, chef de police judiciaire-gendarmerie. Des données qu'il faut ensuite regrouper avec la dizaine de disparitions non élucidées, toute dans une même zone géographique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.