Disparition de Julia pendant quatre jours : un sexagénaire soupçonné d'attouchements sexuels

L'adolescente de 14 ans aurait séjourné chez l'homme depuis vendredi. Sa garde a vue a été prolongée.

L\'adolescente a été reconnue dans la rue près de la Promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), mardi 12 août après-midi, par une jeune mère de famille.
L'adolescente a été reconnue dans la rue près de la Promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), mardi 12 août après-midi, par une jeune mère de famille. (PATRICE LAPOIRIE / MAXPPP)

La garde à vue d'un homme d'une soixantaine d'années a été prolongée, mercredi 13 août à Nice (Alpes-Maritimes), dans le cadre de l'enquête sur la disparition pendant quatre jours de Julia Coffe. L'homme est soupçonné d'attouchements sexuels sur l'adolescente de 14 ans. La jeune fille aurait séjourné chez lui entre le vendredi 8 et le mardi 12 août, date à laquelle elle a été retrouvée.

"Il aurait eu des gestes déplacés", sans toutefois exercer a priori de "menaces ou de violences", a indiqué le procureur. Il  a été arrêté mercredi matin "dans le cadre de vérifications de déclarations de la jeune fille", jugées confuses, indiquait alors le directeur de la Sécurité publique des Alpes-Maritimes. Mardi, une enquête a été ouverte et confiée à la police.

"Elle semblait apeurée, perdue, fatiguée"

Julia a été retrouvée saine et sauve, mardi 12 août, après avoir été signalée comme disparue depuis vendredi. C'est une jeune mère de famille qui l'a reconnue dans la rue en milieu d'après-midi, près de la Promenade des Anglais, et l'a emmenée se désaltérer chez un restaurateur. Elle avait ensuite été placée en sécurité auprès de la brigade des mineurs.

Sandy, la mère de famille, a reconnu Julia après avoir vu sa photo, qui avait été largement diffusée, sur une affiche. Elle a indiqué que l'adolescente ne semblait pas consciente des recherches entreprises pour la retrouver. "Elle semblait apeurée, perdue, fatiguée", a raconté la mère de famille interrogée par le quotidien Nice-Matin.

Après une dispute avec son père, l'adolescente avait quitté à pied, vendredi, le domicile familial situé à Biot, à une vingtaine de kilomètres de Nice, vêtue d'un T-shirt et chaussée de claquettes. Les gendarmes avaient retrouvé sa trace à Antibes, puis à Nice, qu'elle avait rejoint rapidement en auto-stop. La jeune fille avait notamment été aperçue durant le week-end près de la gare principale.