Cet article date de plus de sept ans.

Dijon : une tentative de suicide provoque l’effondrement d'un immeuble et fait vingt blessés

L'explosion qui a entraîné l'effrondrement d'un immeuble, vendredi 16 septembre à Dijon a visiblement été causée par la tentative de suicide au gaz d'un habitant, après une déception amoureuse. Au moins vingt personnes ont été blessées, deux d'entre elles gravement. 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'explosion a touché de vieilles habitations de Dijon  (PH BRUCHOT / MAXPPP)

Une partie d'un immeuble s'est effondrée après une explosion survenue vendredi 16 septembre vers 9h15, dans le centre-ville de Dijon. Selon France Bleu Bourgogne, l'explosion a été causée par la tentative de suicide au gaz d'un habitant, après une déception amoureuse.

Selon le dernier bilan, au moins vingt personnes ont été blessées dans l'accident. Deux d'entre elles sont dans un état grave, douze sont plus légèrement touchées et six personnes sont en état de choc psychologique, indique la préfecture de Côte d'Or. 

L'immeuble qui s'est en partie effondré se situe rue Pierre Paillot, à quelques encablures de la gare de Dijon.

"Une femme voisine a été projetée dans sa cuisine, apparemment" Témoignage de voisins de l'immeuble où a eu lieu l'explosion au micro de France Bleu Bourgogne

Une cellule d'information du public est ouverte

En milieu d'après-midi, les opérations de secours se poursuivaient pour vérifier la présence d'éventuelles autres victimes. Une cellule de crise a été ouverte à la préfecture de Côte-d'Or, avec un numéro dédié : 03 80 44 64 46.  

L'explosion est "a priori liée au gaz" selon Pauline Juan, la directrice de cabinet de la préfète. Selon François Rebsamen, le maire de Dijon, "il s'agit d'un accident domestique grave, dans une série de petites maisons du début de siècle, un habitat un peu dégradé." Et il a ajouté que "cette explosion a entraîné la chute de ces maisons qui se sont écroulées sur les habitants". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.