Cet article date de plus d'un an.

Deux avions de chasse grecs escortent un vol Ryanair après une fausse alerte à la bombe

Aucun engin explosif n'a finalement été trouvé à bord de l'appareil, qui circulait avec plus de 190 personnes à bord.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'avion Ryanair victime d'une fausse alerte à la bombe, le 22 janvier 2023 à Athènes (Grèce). (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

Une frayeur dans les airs. Deux avions de combat F-16 grecs ont escorté un avion de Ryanair qui reliait Katowice (Pologne) à Athènes, dimanche 22 janvier, à la suite d'une alerte à la bombe sur le vol. Aucun engin explosif n'a finalement été trouvé à bord du Boeing 737, qui volait avec plus de 190 personnes à bord. L'appareil a été visé par une fausse alerte, ont confirmé les autorités grecques.

Un responsable des autorités aéroportuaires polonaises a déclaré que ses services avaient reçu une alerte téléphonique alors que l'avion survolait la Slovaquie. "Nous avons contacté le contrôle aérien, qui a ensuite contacté les pilotes", a ajouté cette source.

Les deux chasseurs-bombardiers grecs ont intercepté l'avion de ligne alors qu'il entrait dans l'espace aérien du pays. Il avait auparavant été escorté à vue par des jets de l'armée de l'air hongroise. A l'approche d'Athènes, le Boeing a été dérouté par précaution afin de survoler la mer. Il a ensuite été accueilli dans un endroit isolé de l'aéroport d'Athènes pour inspection par une équipe de déminage, où les derniers doutes ont été levés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.