Cet article date de plus de neuf ans.

11-Novembre : des drapeaux tricolores vandalisés près de Perpignan

Des drapeaux français ont été brûlés, quelques heures avant la cérémonie qui devait se tenir à Ille-sur-Têt, dans les Pyrénées-Orientales. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La mairie d'Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales). (GOOGLE STREET VIEW / CAPTURE FTVI)

FAITS DIVERS – "Un crime impardonnable." Le maire d'Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales) a exprimé une vive émotion, lundi 12 novembre, après des actes de vandalisme commis sur des ornements et des drapeaux installés pour le 11-Novembre sur le monument aux morts de cette ville proche de Perpignan.

Les banderoles bleu-blanc-rouge et des drapeaux français ont été saccagés quelques heures avant la cérémonie officielle, dimanche. Un des drapeaux a été brûlé, d'autres jetés dans une poubelle. Willy Burghoffer, le maire socialiste de cette commune d'environ 5 000 habitants, a indiqué avoir porté plainte pour "dégradation de symboles de la République". Les gendarmes ont fait des prélèvements ADN sur place et ont ouvert une enquête.

La commune d'Ille-sur-Têt est située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Perpignan (Pyrénées-Orientales). (GOOGLE MAPS / CAPTURE FTVI)

"Ne pas banaliser des actes comme ça"

"S'attaquer aux symboles de la République un 11-Novembre, franchement, c'est trop, c'est impardonnable. C'est un grand mot, mais c'est un crime. Il ne faut pas banaliser des actes comme ça, ni que d'autres se les approprient", déplore le maire de la commune. Dimanche matin, des employés municipaux ont rétabli en urgence un pavoisement, avant le début de l'hommage aux soldats tombés pour la France. Le monument aux morts de cette localité avait été tagué il y a dix ans.

La destruction ou la détérioration du drapeau tricolore dans un lieu public est passible, depuis juillet 2010d'une amende de 1 500 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.