Cet article date de plus de trois ans.

Décès d'une femme à l'hôpital Lariboisière : l'AP-HP mise en examen pour homicide involontaire

La patiente avait été retrouvée morte sur un brancard des urgences en décembre 2018.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'entrée de l'hôpital Lariboisière, à Paris, le 23 août 2013. (THOMAS SAMSON / AFP)

Près de trois ans après la mort d'une patiente, de l'hôpital Lariboisière à Paris, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été mise en examen au début du mois de mars pour homicide involontaire, a appris France Bleu Paris auprès de l'avocat de la famille de la défunte jeudi 25 mars.

Les faits remontent à la fin de l'année 2018. La patiente avait été retrouvée morte sur un brancard des urgences. L'AP-HP est mis en cause dans le manque de moyens de l'hôpital, selon Me Eddy Arneton. L'avocat parle d'une "avancée" dans cette affaire car "la responsabilité de l'AP-HP est clairement engagée", mais ne veut pas parler de "victoire". "Mes clients attendent que justice soit faite", réagit-il.

Micheline Myrtil, la défunte, était décédée d'un œdème pulmonaire, selon les résultats de l'autopsie. Elle avait été retrouvée morte plus de douze heures après son admission aux urgences. Selon l'AP-HP, son décès était dû à une faute lors de l'enregistrement de la patiente, donc une erreur humaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.