Marseille : des policiers mis en joue par des malfaiteurs dans une cité

Des policiers de la brigade anti-criminalité sont intervenus, lundi, vers 16h50, dans la cité de la Busserine (14e arrondissement), haut-lieu du trafic de drogue à Marseille.

La cité de la Busserine, dans le 14e arrondissement de Paris, le 2 mai 2017.
La cité de la Busserine, dans le 14e arrondissement de Paris, le 2 mai 2017. (MAXPPP)

Les violences se poursuivent à Marseille. Des policiers ont été "mis en joue" par des hommes armés de kalachnikovs après une fusillade dans une cité sensible de la ville, lundi 21 mai, a annoncé la préfecture de police. "Aucun blessé par balle n'est à déplorer mais une personne, qui s'est présentée spontanément à la police, a été blessée à la tête par un coup de crosse porté par un malfaiteur", a ajouté la même source confirmant une information de La Provence.

Des policiers de la brigade anti-criminalité sont intervenus, vers 16h50, dans la cité de la Busserine (14e arrondissement), haut-lieu du trafic de drogue à Marseille, à la suite de "nombreux coups de feu" entendus par des habitants, ont expliqué des sources au sein de la police.sources policières.

"Selon un témoignage, une personne aurait été enlevée par une voiture dont les occupants ont tiré en l'air à plusieurs reprises", a précisé le procureur de la République Marseille Xavier Tarabeux.

Plusieurs armes dont une de type kalachnikov

La préfecture de police précise qu'à son arrivée, le premier équipage de police a été intercepté par une voiture à bord de laquelle se trouvaient deux malfaiteurs qui ont tiré en l'air. L'un était armé d'une "arme longue" de type kalachnikov, le second d'une arme de poing.

Une autre voiture de police est alors arrivée en renfort avant d'être, elle aussi, bloquée par un second véhicule où se trouvaient quatre hommes qui ont "mis en joue" les deux policiers, a poursuivi la même source. L'un des policiers a alors tiré brisant une vitre du véhicule des malfaiteurs qui ont aussitôt pris la fuite. "Les malfaiteurs étaient cagoulés selon les premiers éléments de l'enquête", a ajouté le procureur. L'enquête a été confiée à la police judiciaire.