Marseille : ce que l'on sait de la mort d'un adolescent de 14 ans tué près d'un point de vente de drogue

Un commando, armé d'une kalachnikov, a ouvert le feu dans la soirée de mercredi à l'entrée d'une cité marseillaise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La cité des Marronniers (Marseille), où s'est déroulée la fusillade, le 19 août 2021. (TOMASELLI ANTOINE / MAXPPP)

Un adolescent de 14 ans tué, un autre blessé et un enfant de 8 ans touché plus légèrement à la tête. Un commando armé d'une kalachnikov a frappé mercredi 18 août au soir à Marseille, à l'entrée d'une cité abritant un trafic de drogue.

Voici ce que l'on sait de ce nouveau drame survenu dans la cité phocéenne. 

Un commando à scooter

Le parquet a fait un récit détaillé des faits. Mercredi soir, aux alentours de 22 heures, deux personnes arrivent en scooter près de la cité des Marronniers, dans le 14e arrondissement de Marseille, un des plus déshérités de la deuxième ville de France. Le passager du deux-roues est armé d'un fusil d'assaut de type kalachnikov. Il tire et touche deux adolescents de 14 ans.

L'un des deux jeunes succombe à ses blessures à l'hôpital. Le second est blessé à la jambe, mais ses jours ne sont pas en danger. Un enfant de 8 ans, également présent sur les lieux, est légèrement blessé à la tête, dans des circonstances qui reste à confirmer. La première victime n'avait pas d'antécédents judiciaires, d'après le parquet. La seconde était suivie par un juge des enfants. 

Un point de deal de drogue visé 

Le commando a pris pour cible un point de guet, situé avant l'entrée de la cité qui abrite un point de vente de stupéfiants, selon le parquet. "Les enquêtes judiciaires sont en cours mais, a priori, il apparaît assez évident que la guerre des territoires pour récupérer des points de deal [de drogue] rémunérateurs est sans doute une des raisons de ces attaques à main armée", a commenté jeudi le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en visite près de Marseille.

Onze morts depuis le début de l'année 

Ces attaques meurtrières se sont multipliées dans les Bouches-du-Rhône ces derniers mois, même si elles ont baissé depuis une dizaine d'années, rappelle France 3 Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Onze personnes sont mortes cette année dans des règlements de comptes dans le département, selon le décompte communiqué par la préfecture de police le 14 août. Parmi ces victimes, on déplore notamment une jeune fille de 17 ans, victime collatérale. 

Gérald Darmanin promet plus de contrôles

Gérald Darmanin a dénoncé un acte "ignoble". Ces faits montrent "la terreur qui s'installe dans des quartiers ou des cités dont on sait qu'ils sont la proie des trafiquants de drogue", a estimé le ministre de l'Intérieur.

"Je connais plein d'endroits bourgeois où on consomme du cannabis et on se dit après 'pourquoi c'est le 'bordel' à Marseille ?' Parce que les personnes qui sont de catégories sociales plus élevées font vivre ce trafic parfois", a-t-il dénoncé jeudi soir sur BFMTV. Le ministre a promis davantage de contrôles, y compris "dans les beaux quartiers" et le déploiement de 300 policiers supplémentaires, dont une centaine d'ici à la fin de l'année. Une promesse qu'il avait déjà faite lors d'une visite dans la cité phocéenne en février.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Criminalité à Marseille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.