Contaminés par des boutons d'ascenseur radioactifs

Une vingtaine de salariés d'une société iséroise ont été contaminés par du cobalt radioactif importé d'Inde. Il entrait dans la fabrication de boutons d'ascenseurs, notamment pour Otis. L'affaire a été révélée le 7 octobre, mais l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a revu à la hausse la gravité de l'incident, compte-tenu du nombre de personnes exposées.

(Radio France © France Info)

Au total, une trentaine de salariés de la société Mafelec, à Chimilin, dans l'Isère, ont été exposé au cobalt radioactif que leur société importait d'Inde pour fabriquer des boutons d'ascenseur. Elle les vendait ensuite à l'ascençoriste Otis.
_ Une vingtaine d'entre eux ont été irradiés : “Parmi la trentaine de personnes exposées, une vingtaine de travailleurs ont été exposés à des doses allant de 1 mSv (milli-Sievert) à 3 mSv environ”, explique le communiqué de l'Autorité de sûreté nucléaire, qui a relevé le niveau de gravité de l'incident. Il est désormais de niveau deux sur l'échelle INES, car plus de dix personnes ont été exposées.

Les traces du cobalt 60, l'élément radioactif incriminé, ont été découvert dans des boutons d'ascenseurs que la société expédiait à l'étranger. Ce cobalt est importé d'Inde par Mafelec, et entre dans la fabrication des boutons d'ascenseur. D'autres boutons ont été découverts à Roissy, Argenteuil, Goussainville et Giens, mais ni les employés d'Otis, principal client de Mafelec, ni les utilisateurs des ascenseurs ne risquent de contamination.

Otis procède au repérage et à l'enlèvement des autres boutons défectueux livrés par Mafelec. Après une première estimation, Otis prévoit de retirer des boutons de 500 ascenseurs en France, et répète qu'“il n'y a aucun danger pour les utilisateurs.”.

Grégoire Lecalot, avec agences