Pyrénées-Atlantiques : une jument retrouvée morte avec une oreille coupée

Depuis le mois d'août, des faits de mutilation, principalement de chevaux et de poneys, parfois mortels, ont été signalés un peu partout en France, notamment dans le Sud-Ouest.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cheval broute de l'herbe près du col de l'Aubisque, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 9 septembre 2020. (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)

Le ou les agresseurs ont "probablement" emporté l'oreille "comme une sorte de trophée". Une jument en gestation a été retrouvée morte avec l'oreille gauche tranchée dans la commune de Sauvelade (Pyrénées-Atlantiques), a révélé, dimanche 1er novembre, la gendarmerie d'Orthez, qui considère que la mutilation est "d'origine humaine".

L'acte aurait été commis il y a trois jours. Mais le propriétaire, qui ne surveille pas quotidiennement son terrain, s'en est rendu compte samedi, selon la gendarmerie, confirmant des informations de La République des Pyrénées. Un technicien en identification criminelle de la gendarmerie de Pau et un vétérinaire ont effectué samedi des constatations et des relevés sur le cadavre de la jument, qui devait mettre bas au printemps.

Depuis le mois d'août, des faits de mutilation, principalement de chevaux et de poneys, parfois mortels, ont été signalés un peu partout en France. Environ 200 enquêtes ont été ouvertes. Vendredi, le parquet de Troyes a ouvert une enquête dans l'Aube, après la découverte du cadavre d'une jument éborgnée et mutilée. Dans ce département, c'est le premier cas de ce type. A Arnac-Pompadour (Corrèze), où se trouve l'Institut français du cheval (IFCE), un centre d'écoute national répond aux appels de détresse des propriétaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.