Cet article date de plus de sept ans.

Le chauffeur de taxi agressé à Paris est entre la vie et la mort

Le pronostic vital d'un chauffeur de taxi est engagé après qu'il a été agressé par trois clients. Une centaine de ses collègues se sont rassemblés dans la capitale en signe de solidarité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un taxi parisien en avril 2014. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le chauffeur de taxi agressé jeudi au petit matin à Paris par trois passagers se trouvait vendredi 12 septembre au matin dans "un état grave avec un pronostic vital engagé" selon la police, et "non en état de mort cérébrale", comme affirmé précédemment.

Altercation avec trois passagers jeunes et très alcoolisés

L'homme de 56 ans a eu une altercation jeudi vers 7 heures avec trois passagers d'une vingtaine d'années, qui sortaient très alcoolisés de discothèque. "Excédé par ses clients, il leur a demandé de descendre de son véhicule. Le chauffeur a alors reçu plusieurs coups de talons aiguilles", selon la même source.

La police, appelée avenue de Tourville, dans le 7e arrondissement de Paris, près des Invalides, a emmené les quatre personnes au commissariat. A son arrivée, le chauffeur de taxi a fait un malaise cardiaque et a été pris en charge par le Samu.

Les trois jeunes impliqués dans l'altercation étaient toujours en garde à vue vendredi. Il s'agit, selon Le Figaro, de "deux jeunes femmes de 25 et 28 ans et un homme de 26 ans, tous Parisiens". L'enquête a été confiée au troisième district de la police judiciaire parisienne.

Rassemblement de taxis en signe de solidarité

A l'appel de plusieurs syndicats (CGTFOCFDT), plus d'une centaine de chauffeurs de taxi se sont rassemblés vendredi après-midi avec leur véhicule non loin de l'hôpital Necker, où a été admise la victime.

"C'est un mouvement de soutien, de solidarité pour notre collègue et sa famille. Les chauffeurs de taxi sont inquiets, ils ont besoin d'échanger, de se retrouver. Beaucoup ont déjà été victimes d'agressions",  a expliqué à l'AFP Karim Asnoun, de la CGT.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.