Braquages chez Chanel et Chopard : sept accusés condamnés à des peines de deux à seize ans de prison

La cour d'assises de Paris a rendu vendredi son verdict dans le procès de deux braquages spectaculaires en 2015 et 2016.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La vitrine d'une bijouterie Chopard, place Vendôme, à Paris. (GUILLAUME BAPTISTE / AFP)

Ils passeront par la case prison. La cour d'assises de Paris a condamné, vendredi 21 janvier, sept hommes à des peines allant de deux à seize ans de prison pour leur implication dans plusieurs crimes, dont deux braquages commis en 2015 chez le joaillier Chopard et en 2016 chez Chanel. A l'issue de plus de treize heures de délibéré, seul l'un des sept accusés, Philippe Enriquez, a été condamné pour les deux vols à main armée, ainsi que pour celui d'une mallette contenant 20 000 euros dans un véhicule de la Brink's, à une peine de seize ans de réclusion.

L'un des deux hommes décrits par l'accusation comme son "lieutenant", jugé par défaut, a lui été reconnu coupable du braquage chez Chanel et condamné à treize ans de prison. L'autre accusé a en revanche été acquitté du vol commis le 19 mai 2016 dans une boutique du groupe de luxe, sur la très chic avenue Montaigne, à Paris, où une quinzaine de bijoux et de montres d'une valeur totale de 2,2 millions d'euros avaient été raflés en deux minutes.

Des Range Rover et des bijoux

Il a en revanche été condamné à dix ans de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation de ce braquage, ainsi que pour le vol en bande organisée de plusieurs Range Rover, qu'il a reconnu, et le recel en bande organisée de deux motos. Son frère cadet, également absent au procès, a lui été condamné à six ans de détention pour association de malfaiteurs en préparation du vol dans une bijouterie Chopard de la rue du Faubourg Saint-Honoré, à deux pas de l'Elysée.

Le 11 décembre 2015, quelques semaines après les attentats du 13-Novembre, des montres et des bijoux d'une valeur d'environ un million d'euros avaient été dérobés par un homme qui, selon l'accusation, portait un masque en latex transparent, déformant ses traits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Braquage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.