Braquage mortel en Seine-Saint-Denis : le complice du tireur mis en examen pour "tentative d'homicide"

Le parquet a requis le placement en détention provisoire du braqueur, également mis en examen pour "association de malfaiteurs" et "vol en bande organisée et avec usage d'une arme".

Le ministre de l\'Intérieur, Bernard Cazeneuve, rencontre les policiers qui ont pris part à la fusillade en Seine-Saint-Denis, le 5 octobre 2015.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, rencontre les policiers qui ont pris part à la fusillade en Seine-Saint-Denis, le 5 octobre 2015. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le complice du braqueur qui a grièvement blessé un policier en Seine-Saint-Denis a été mis en examen pour "tentative de meurtre sur un fonctionnaire de la police nationale", a annoncé le parquet de Bobigny, vendredi 9 octobre. L'homme de 24 ans a également été mis en examen pour les chefs de "vol en bande organisée et avec usage d'une arme" et "association de malfaiteurs en vue de commettre un crime". 

Le juge des libertés et de la détention doit statuer dans l'après-midi sur son placement en détention provisoire, requis par le parquet. Le braqueur a été condamné à cinq reprises entre 2007 et 2012 par le tribunal pour enfants et par le tribunal correctionnel, notamment pour des faits de vols aggravés.

Le policier est toujours dans "un état désespéré"

Son complice a grièvement blessé un policier de la brigade anticriminalité (BAC) de Seine-Saint-Denis, lundi, avant d'être tué dans la fusillade qui a suivi. Le membre des forces de l'ordre, touché de deux balles à la tête et au cou, est toujours dans "un état désespéré".

Les principaux syndicats de gardiens de la paix et d'officiers ont appelé à un rassemblement devant le ministère de la Justice, mercredi 14 octobre. Ils mettent en cause la garde des Sceaux, Christiane Taubira, car le tireur était un détenu en cavale après une permission accordée en mai.