Cet article date de plus de trois ans.

Bouches-du-Rhône : deux soignantes brutalisées et séquestrées par la famille d'une patiente décédée

Après cet incident qui a duré plus de deux heures à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), jeudi, une des soignantes s'est vue prescrire dix jours d'ITT, mais elle n'a pas porté plainte expliquant comprendre la douleur de la famille.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne âgée assise dans un fauteuil. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

Deux soignantes ont été brutalisées et séquestrées par la famille d'une patiente en fin de vie, décédée jeudi 15 mars, malgré les soins prodigués, à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), rapporte France Bleu Provence, lundi 19 mars.

Jeudi dernier, l'infirmière et une étudiante qui l'accompagne se rendent au domicile de la patiente, dont l'état de santé s'est fortement dégradé. Cette dernière décède pendant les soins. Les enfants de la patiente réagissent très mal et s'en prennent notamment à l'infirmière. Ils l'insultent, la traitent d'"assassin", la menacent de mort et la brutalisent, raconte France Bleu Provence. Elle essaie de partir, mais ils lui barrent la route. Il faudra l'intervention de la police pour libérer les deux femmes plus de deux heures plus tard.

Dix jours d'ITT prescrits

L'infirmière s'est vue prescrire dix jours d'ITT, mais elle n'a pas porté plainte. Elle dit comprendre la douleur de la famille, tout en rappelant qu'elle n'a fait que son travail.

"Malheureusement, c'est monnaie courante", déplore Audrey Ferullo, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers libéraux des Bouches-du-Rhône, au micro de France Bleu Provence. "Quand on fait la profession d'infirmière, on est là pour aider les gens, on n'est pas là pour se faire insulter et pour essuyer le débordement d'émotion aussi violente qui s'est produite. Il ne faut absolument pas banaliser ce qui s'est passé".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.