Un jeune de 16 ans tué par balle dans le quartier des Aubiers à Bordeaux : "un cap a été franchi", réagit le maire Pierre Hurmic

Deux autres jeunes sont hospitalisés dans un état grave. Le parquet lance un appel à témoins.

Article rédigé par
Avec France Bleu Gironde - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une vue du quartier des Aubiers à Bordeaux, le 3 janvier 2021. (THIBAUD MORITZ / MORITZ)

Un jeune homme de 16 ans a été tué par balle samedi 2 janvier aux alentours de 22h50, lors d'une nouvelle nuit de violences dans le quartier des Aubiers à Bordeaux, rapporte France Bleu Gironde dimanche 3 janvier. Le parquet est revenu sur le détail des faits : "Un groupe de jeunes se trouvait sur la voie publique [...] lorsqu'un véhicule se présentait à leur hauteur et tirait en rafale au moyen d'une arme à tir automatique." 

Quatre jeunes, dont trois adolescents de 13, 15 et 16 ans, ont également été blessés lors de l'échange de tirs, et toujours selon le récit du parquet "parvenaient à s'enfuir en regagnant les étages d'un des immeubles à côté de la placette où s'étaient déroulés les faits."  Ces quatre blessés ont tous été pris en charge à l'hôpital pour des blessures par balle, aucun ne voit son pronostic vital engagé. 

Une cellule de crise ouverte

"Un cap a été franchi", a déclaré le maire de Bordeaux Pierre Hurmic dans une conférence de presse organisée dimanche 3 janvier, rapporte France Bleu Gironde

"C'est une escalade dans ce qu'on peut appeler un banditisme assez organisé et qui ressemble fort à des rixes inter-quartiers avec une escalade autour de trafic d'armes lourdes et automatiques."

Pierre Hurmic, maire de Bordeaux

à franceinfo

Une cellule de crise a été ouverte, indique le maire de Bordeaux. "Face à des faits de grande criminalité il y a des réactions rapides à apporter (…) La mairie est parfaitement disposée à jouer son rôle de présence sur le quartier pour que soit mis un terme rapide à cette dramatique escalade de la violence organisée dans ces quartiers." Il évoque également un travail de fond, indiquant qu'un travail de "requalification urbaine" est en cours aux Aubiers. Pierre Hurmic a commencé son intervention par "des mots de compassion vis-à-vis des familles endeuillées."

"Je lance un appel à l'apaisement", ajoute Véronique Seyral, conseillère municipale déléguée pour la cohésion sociale et politique de la ville. Principale du collège Edouard Vaillant, elle indique bien connaître la victime qui est décédée. "Je suis sous le choc, c'est complètement impensable. Au collège ça se passe bien, mais c'est autour que ça prend des dimensions incroyables. Une minorité met à bas tout le travail entrepris par les associations."

Le parquet lance un appel à témoins

La procureur de la République de Bordeaux Frédérique Porterie lance un appel à témoins pour "identifier le ou les auteurs" de la fusillade mortelle, indique un communiqué du parquet diffusé dimanche 3 janvier.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire. Sur le lieu de la fusillade, "de nombreuses douilles ont été découvertes lesquelles feront l'objet d'une analyse."

"Des vidéos sont en cours d'exploitation." 

Frédérique Porterie, procureur de la République de Bordeaux

L'audition de témoins et des victimes "devrait permettre d'élucider ces faits qui s'inscrivent dans une escalade des tensions constatées entre quartiers depuis plusieurs semaines sans qu'à cette heure, aucun élément ne permette de relier ces faits entre eux", poursuit le parquet.

Une enquête a été ouverte. Cette fusillade intervient 48 heures seulement après la nuit de la Saint-Sylvestre, durant laquelle une trentaine de voitures et un bureau de poste ont été incendiés dans ce même quartier du nord de Bordeaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.