DIRECT. "Je ne m'en suis jamais occupée" : le revirement de la mère de Séréna, jugée pour l'avoir cachée dans un coffre de voiture

Rosa-Maria Da Cruz, aujourd'hui âgée de 50 ans, a caché son bébé aux yeux de tous pendant deux ans dans une pièce de sa maison et dans le coffre de sa Peugeot break. Elle est jugée devant les assises de Corrèze depuis lundi.

Rosa-Maria Da Cruz, la mère de la petite Séréna, lors de l\'ouverture de son procès à Tulle (Corrèze), le 12 novembre 2018.
Rosa-Maria Da Cruz, la mère de la petite Séréna, lors de l'ouverture de son procès à Tulle (Corrèze), le 12 novembre 2018. (GEORGES GOBET)
Ce qu'il faut savoir

Elle encourt vingt ans de réclusion. Rosa-Maria Da Cruz, la mère de Séréna, l'enfant découverte dans le coffre d'une voiture il y a cinq ans, est jugée depuis lundi 12 novembre devant la cour d'assises de Corrèze pour violences suivies de mutilation ou infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant. Elle comparaît libre. "Je ne me suis jamais occupée de Séréna", a-t-elle déclaré mercredi après-midi. Au cours de cet interrogatoire, le président de la cour d'assises, assez offensif, a considéré qu'elle n'était pas "dans le déni" mais "dans la dissimulation".

L'histoire avait marqué la France entière. Rosa-Maria Da Cruz, aujourd'hui âgée de 50 ans, a caché son bébé aux yeux de tous pendant deux ans dans une pièce de sa maison et dans le coffre de sa Peugeot break, s'occupant en parallèle de ses trois autres enfants.

"C'est très dur d'être confrontée à la réalité." Au premier jour du procès, la cour d'assises de Corrèze a commencé à sonder la personnalité de l'accusée. Rosa-Maria Da Cruz s'est exprimée pour la première fois à la barre. Elle a dû faire face au mal fait à sa fille. "Peut-être que je n'avais pas envie de lire le mal que j'ai fait à Séréna", a-t-elle déclaré en s'adressant au président de la cour d'assises. "Je regrette énormément le mal que j'ai fait à Séréna", a-t-elle ajouté.

"Si elle voulait lui faire du mal, elle l'aurait tuée." Face aux juges, le père de Séréna a pris la défense de sa compagne, mardi. Au deuxième jour du procès de Rosa-Maria da Cruz, son compagnon, qui est aussi le père de Séréna, a été entendu par la cour d'assises de Tulle. Il a été entendu en qualité de témoin : la justice lui a finalement accordé un non-lieu. Le père de Séréna n'a rien vu pendant deux ans. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SERENA

22h35 : Voici les articles qu'il ne fallait pas manquer sur franceinfo aujourd'hui :

Ces témoignages d'automobilistes, recueillis par Louis San, qui expliquent pourquoi ils prennent leur voiture tous les jours, même sur de courtes distances.

(MAXPPP)



Cet article de Louise Hemmerlé sur le calvaire des Pakistanais accusés de blasphème.

(AAMIR QURESHI / AFP)


Ce compte-rendu du premier jour d'audience du procès du bébé dans le coffre, par Catherine Fournier.



(GEORGES GOBET / AFP)

16h46 : Notre journaliste Catherine Fournier, présente au procès de la mère de Séréna à Tulle (Corrèze), assiste à un revirement de l'accusée : alors qu'elle avait toujours affirmé s'être occupée de sa fille du mieux qu'elle pouvait, tout en la cachant dans une pièce en sous-sol et dans un coffre, elle explique maintenant au tribunal qu'elle n'a rien fait pour elle et la voyait comme une "chose". En face, les magistrats expliquent que cela ressemble à une stratégie pour plaider le déni de grossesse, qui n'arrange pas le cas de l'accusée.

16h05 : Moment fort au procès de la mère de la petite Séréna, qui a craqué à la barre, alors qu'elle martelait qu'elle ne s'était jamais occupée de sa fille.

15h35 : L'interrogatoire de Rosa-Maria Da Cruz, la mère de la petite Séréna, a débuté aux assises de Tulle. Les questions se concentrent sur la vision que la mère avait de sa fille : était-elle dans le déni de sa naissance, ou a-t-elle consciemment cherché à la dissimuler ?

14h54 : L'audience a repris au procès de la mère de Séréna, qui a vécu pendant deux ans cachée entre une pièce en sous-sol et le coffre de sa voiture. L'interrogatoire de l'accusée doit avoir lieu cet après-midi, après la projection de la vidéo d'une audition d'une autre fille de Rosa-Maria Da Cruz. Vous pourrez suivre son interrogatoire ici et dans notre direct dédié.

07h22 : Un crochet par la cour d'assises de Tulle (Corrèze). Hier, pour le deuxième jour d'audience, c'est le père de la petite Séréna qui a été entendu à la barre. Face aux juges, il a pris la défense de sa compagne. "Si elle voulait lui faire du mal, elle l’aurait tuée". Compte-rendu de Catherine Fournier à lire ici.






(FRANCEINFO)

16h43 : L'accusée, Rosa-Maria Da Cruz, est désormais entendue à nouveau, ce qui n'était pas prévu au programme, indique notre journaliste Catherine Fournier. Elle s'exprime notamment au sujet de sa vision du mal qu'elle a fait à sa fille, selon d'autres journalistes sur place.

16h19 : Au procès de la mère de Séréna, son compagnon, entendu comme témoin, assure qu'il n'en veut pas à son épouse, et que le couple aimerait récupérer la garde de l'enfant. Il ne semble pas non plus s'inquiéter de la peine qu'encourt son épouse.

15h06 : Voici les articles qui intéressent le plus nos lecteurs en ce début d'après-midi :

RECIT. Comment la mère de Séréna a caché son bébé pendant deux ans dans une pièce en sous-sol et un coffre de voiture.

"C'est très dur d'être confrontée à la réalité" : au premier jour de son procès, la mère de Séréna face au mal fait à sa fille.

Maggy Biskupski, figure du mouvement de colère policier, s'est suicidée avec son arme de service.

14h57 : Au procès de la mère de Séréna, à Tulle, l'interrogatoire de son compagnon, père de l'enfant, tourne autour du point central : comment a-t-il pu ignorer l'existence de sa fille, finalement découverte dans le coffre de la voiture à l'âge de 2 ans ? Le couple a une histoire compliquée : ils n'étaient pas en couple à la conception de leur premier enfant, et la mère a fait un déni de grossesse pour les deux suivants, avant la naissance de Séréna, la quatrième.

14h18 : Le père de la petite Séréna et compagnon de sa mère Rosa-Maria Da Cruz peut finalement témoigner lors du procès de cette dernier. Hier, il était hospitalisé, et sa venue cette semaine était incertaine. L'homme est actuellement auditionné comme témoin.