VIDEO. Joué-lès-Tours : la version officielle est mise en doute

Le procureur de la République de Tours a réaffirmé la thèse de la légitime défense des policiers après la mort de Bertrand Nzohabonayo au commissariat de Joué-les-Tours, le 20 décembre.

FRANCE 3

Le 20 décembre dernier, à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), Bertrand Nzohabonayo a été abattu par la police après avoir attaqué à coup de couteau trois policiers. Mais aujourd'hui, plusieurs témoignages anonymes remettent en cause cette version. Selon des témoins, le jeune homme ne se serait pas rendu de lui-même dans le commissariat. Il aurait été interpellé sur la voie publique.

Deux versions contradictoires

Le procureur de la République de Tours entend couper court aux rumeurs. "Je n'ai aucun témoin qui dit autre chose. Ça me permet de faire un appel à témoins. Car je trouve déplorable qu'un certain nombre de témoignages, plus ou moins anonymes, ne soient pas portés à la connaissance des autorités, mais colportés à gauche, à droite", a-t-il affirmé ce mercredi 31 décembre.
Même chose du côté des familles. "On a bel et bien deux versions qui sont totalement contradictoires, donc il est indispensable de mettre un terme à cette polémique. Il n'y a qu'un moyen de le faire c'est d'entendre tous ces témoins", souligne Maître Jérémie Assous, l'avocat de la famille Nzohabonayo.











Le JT
Les autres sujets du JT