Attentats : le ministère de la Défense va supprimer 7 500 postes de moins que prévu

Le président a réuni, mercredi, un conseil de Défense. 

Un Rafale sur le point de décoller sur le pont du porte-avions \"Charles-de-Gaulle\", près de Toulon (Var), le 15 janvier 2015.
Un Rafale sur le point de décoller sur le pont du porte-avions "Charles-de-Gaulle", près de Toulon (Var), le 15 janvier 2015. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Après les attentats à Paris, le ministère de la Défense revoit à la hausse ses effectifs pour les prochaines années. François Hollande annonce, mercredi 21 janvier, que le gouvernement supprimera 7 500 postes de moins que prévu dans la loi de programmation militaire (LPM), sur la période 2015-2019.

Le chef de l'Etat "a demandé en conséquence d’engager rapidement les travaux pour actualiser d’ici cet été la loi de programmation militaire", écrit l'Elysée dans un communiqué. Près de 1 500 postes doivent être "sauvés" dès cette année.

18 300 postes supprimés au lieu de 25 800

Dans le détail, ce changement fait passer de 25 800 à 18 300 le nombre de suppressions de postes dans le cadre de la LPM 2015-2019. Environ 54 000 postes ont déjà été supprimés à la Défense sur la période 2008-2014. Fin 2013, l'armée française comptait 278 000 personnels civils et militaires.