Cet article date de plus d'un an.

Argenteuil : la famille du jeune homme de 18 ans qui s’est tué en moto-cross va porter plainte annoncent leurs avocates

Les policiers à proximité de l'accident mortel nient tout contrôle ou course-poursuite avec le conducteur du deux-roues, mais les deux avocates de la famille de Sabri sollicitent davantage d'expertises pour préciser le déroulé des faits. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le jeune Sabri, 18 ans, a perdu la vie au guidon de sa moto-cross, dans la nuit de samedi 16 à dimanche 17 mai, après avoir percuté un poteau électrique.  (MICKAEL SIZINE / MAXPPP)

La famille de Sabri, le jeune homme de 18 ans qui s’est tué dans la nuit de samedi 16 à dimanche 17 mai en perdant le contrôle de sa motocross à Argenteuil (Val-d’Oise), à proximité d’un véhicule de la brigade anti-criminalité (BAC), annonce son intention de porter plainte afin d’éclaircir les circonstances du décès, a appris franceinfo auprès de leur deux avocates. La mort du jeune homme a provoqué d'importantes échauffourées dans la ville, ce dimanche soir 17 mai.

La famille du jeune dénonce également la "violence de la procédure judiciaire" et le "manque d’humanité avec lequel les parents ont été reçus quelques heures après le décès de leur fils par les services de police", selon les deux avocates, maîtres Camille Vannier et Lucie Simon.

"Nous regrettons de même les obstacles qui nous sont opposés par le parquet du Val-d’Oise pour nous tenir informées de l’enquête", ajoutent les avocates de la famille de Sabri, qui s’alarment d’un risque de déperdition de preuves, et indiquent que la nuit du drame, des voisins et des proches ont rapporté avoir été "anormalement tenus à l’écart des lieux" par la police, qui n’a "pas hésité à user de gaz lacrymogène pour les éloigner".

Nous nous alarmons d’ores et déjà d’un risque de déperdition des preuves, alors que la scène de l’accident n’a pas été figée et qu’y gisent encore les débris du scooter de Sabri.

les avocates de la famille de Sabri

à franceinfo

Une enquête a été ouverte dès dimanche 17 mai par le parquet de Pontoise (Val-d'Oise) pour éclaircir les circonstances de l’accident.

Les policiers nient toute course-poursuite

"Pour le moment, aucun élément ne va dans le sens d’une course-poursuite" entre le jeune et les policiers de la BAC, a indiqué à franceinfo le parquet de Pontoise lundi 18 mai, en expliquant qu’une première expertise avait conclu à l’"absence de tout contact" entre la moto-cross du jeune homme et le véhicule des policiers de la BAC.

Selon une source proche de l’enquête, le véhicule de la BAC, un véhicule banalisé, circulait dans une rue étroite, à double sens, quand ils ont croisé le jeune homme. "Il n’y a pas eu de volonté de contrôler le jeune homme ni même de le poursuivre", selon cette même source, qui précise que la moto est ensuite "montée sur un trottoir", lui aussi très étroit.

D’après le récit des policiers, le jeune homme aurait "heurté avec son coude le rétroviseur d’un véhicule qui était garé là, aurait perdu le contrôle de son engin, avant de percuter le poteau électrique" qui lui a été fatal.

Les policiers de la BAC ont entendu le bruit du choc, ajoute cette même source. Ils ont alors fait marche arrière et ont prodigué les premiers soins au jeune homme. Ces policiers se disent aujourd’hui "sereins" vis-à-vis du déroulé des faits, insistant sur le fait qu'il n’y a pas eu de velléité de contrôle ou de course-poursuite.

Des expertises pour préciser le déroulé des faits

D’autres expertises sont néanmoins en cours, des auditions et l’analyse des bandes de vidéo-surveillance se poursuit pour établir avec précision le déroulé des faits, a appris franceinfo auprès du parquet de Pontoise.

Les avocates de la famille du jeune homme demandent à ce que "soient expertisés au plus vite les différents véhicules présents sur place, y compris le véhicule de la BAC" et jugent "indispensable l’exploitation des communications radio des différentes équipes de la BAC mais aussi de celles de police et de secours".

Nous souhaitons enfin la communication de toutes les expertises pour que la famille ne soit pas écartée de la recherche de la vérité.

les avocates de la famille de Sabri

à franceinfo

Alors que l’ambiance est tendue à Argenteuil, des renforts de police conséquents ont été prévus pour éviter tout nouveau débordement ce lundi soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.