Cet article date de plus de cinq ans.

Allemagne : un mort et trois blessés dans une attaque à la machette

Un demandeur d'asile syrien a été interpellé. La police ne privilégie pas la thèse d'une attaque terroriste, mais celle d'une dispute personnelle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passants devant le restaurant où un homme a tué une femme à la machette, le 24 juillet 2016 à Reutlingen (Allemagne). (THOMAS KIENZLE / AFP)

Un homme de 21 ans, demandeur d'asile originaire de Syrie, a tué une femme de 45 ans avec une machette, avant de blesser trois autres personnes dans sa fuite, dimanche 24 juillet à Reutlingen, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Il a été interpellé.  "Nous ne disposons pas d'élément sur une motivation terroriste", a indiqué la police locale, qui se penche davantage sur la relation entre le tueur et sa victime.

Le tueur et sa victime auraient été collègues

La victime, une Polonaise de 45 ans, s'est disputée avec le tueur avant que celui-ci ne la frappe à la tête avec son arme, vers 16h30. Selon les médias allemands, cette dispute à eu lieu dans le restaurant turc où tous deux travaillaient. La police a évoqué la piste d'un "crime passionnel". Selon le quotidien Bild, la femme était enceinte, ce que la police n'a pas confirmé.

Le tueur s'est ensuite enfui dans la rue. Selon des vidéos amateurs diffusées par une chaîne de télévision, NTV, il a blessé une femme dans une voiture, en brisant son pare-brise à la machette, puis a fait chuter une autre femme légèrement blessée à la tête, et enfin frappé un jeune homme au visage. Il a ensuite été percuté par une voiture dans sa fuite, permettant son arrestation.

Le jeune homme de 21 ans était connu de la police pour plusieurs agressions commises dans le passé. Selon un de ses collègues, cité par le journal local Stuttgarter Zeitung, il était arrivé il y a un an et demi en Allemagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.