Prise d'otages de Condé-sur-Sarthe : "Jamais un otage n'a eu un ongle esquinté par Francis Dorffer" affirme son avocat

Thomas Hellenbrand défend le preneur d'otages Francis Dorffer, qui a déjà commis au moins cinq autres prises d'otage en détention. Il dénonce une présentation "spectaculaire" du profil de son client.

Des militaires devant la prison de Condé-sur-Sarthe pendant la prise d\'otage du 11 juin 2019.
Des militaires devant la prison de Condé-sur-Sarthe pendant la prise d'otage du 11 juin 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Le seul fait de violence avéré" de Francis Dorffer, qui a pris en otage deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) mardi 11 juin, est le meurtre de son codétenu, a argumenté son avocat Thomas Hellenbrand sur franceinfo. Francis Dorffer, 35 ans,est associé à au moins cinq autres prises d'otages en prison. Il est incarcéré depuis près de vingt ans pour vols, viol et assassinat d'un codétenu. Ce meurtre "avait été commis alors qu'il était jeune majeur, qu'il avait droit à un encellulement individuel et qu'il avait supplié l'administration pénitentiaire de lui offrir cet encellulement individuel parce qu'il avait peur de son codétenu", a affirmé son avocat.

>> Ce que l'on sait sur Francis Dorffer, le détenu qui a retenu deux surveillants

Thomas Hellenbrand a tenu à relativiser la dangerosité de son client. "La présentation spectaculaire qu'on en fait est une fausse image, plaisante pour les médias et tout le monde mais qui ne correspond absolument pas à la réalité, a soutenu l'avocat. Ces prises d'otages n'ont pas donné lieu à la moindre goutte de sang versée. Jamais un otage n'a eu un ongle esquinté par Francis Dorffer."

Thomas Hellenbrand reconnaît la "catastrophe" que constitue la prise d'otages de mardi, mais il soutient également que "l'administration pénitentiaire a eu, à l'égard de Francis Dorffer de nombreux torts également". Le détenu demandait son transfert dans une prison plus proche de sa famille. "Il n'a jamais vu un jour de liberté" depuis son incarcération à 16 ans, a justifié l'avocat.