Agression d'un juif dans un train : gardes à vue prolongées

Le procureur se borne à déclarer que l'enquête se poursuit. Manifestement, le caractère antisémite de l'agression n'est pas encore avéré.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Leurs gardes à vue des deux agresseurs présumés d'un jeune juif dans un train mercredi devaient prendre fin vendredi dans la matinée, elles seront prolongées. Plusieurs éléments restent en effet à éclaircir par les enquêteurs, notamment le caractère antisémite de l'agression, qui n'est pas avéré.

Scolarisé à l'école Ozar Hatorah de Toulouse - celle-là même où Mohamed Merah avait tué trois enfants et un père - l'adolescent a été agressé, mercredi soir, dans un train entre Toulouse et Lyon. Les deux agresseurs présumés, d'origine maghrébine, n'ont pas de casier judiciaire.

"Les faits de violences sont là, par pluralité d'auteurs et dans un moyen de transport, mais il faut continuer à recueillir des témoignages, notamment des passagers de la rame, pour considérer un caractère antisémite" , explique une source judiciaire. Le procureur se borne à déclarer que l'enquête se poursuit.