Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Merah : deux personnes interpellées dans l'enquête sur les complicités du tueur de Toulouse

Depuis plusieurs mois, les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah a agi seul, comme il l'avait affirmé aux policiers lors du siège de son appartement à l'issue duquel il a été tué, le 22 mars 2012.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'une des rares images de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse. (FRANCE 2)

Deux personnes ont été interpellées, mardi 26 février à Toulouse (Haute-Garonne), dans le cadre de l'enquête sur les complicités de Mohamed Merah, le tueur au scooter. Le premier interpellé, âgé de 20 ans, a été arrêté à l'aube et le second, de 23 ans, l'a été en début d'après-midi, a précisé une source policière.

Placés en garde à vue à Toulouse, ces hommes doivent être interrogés sur leurs liens avec Mohamed Merah. Les enquêteurs entendent notamment vérifier la nature exacte de l'aide logistique qu'ils sont susceptibles d'avoir apporté dans la préparation des meurtres de trois militaires puis de trois enfants et d'un père de famille juifs, entre le 11 et le 19 mars 2012. 

Plusieurs personnes interpellées puis relâchées

Depuis plusieurs mois, les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah a agi seul, comme il l'avait affirmé aux policiers lors du siège de son appartement, à l'issue duquel il a été tué, le 22 mars 2012.

En janvier, deux hommes de 28 ans et 30 ans avaient été interpellés à Toulouse puis relâchés. Début décembre, un homme converti à l'islam radical, autre connaissance des Merah, avait déjà été placé en garde à vue avant d'être relâché sans faire l'objet de poursuites.

Un seul mis en examen : Abdelkader Merah

Pour l'heure, le seul mis en examen dans ce dossier, pour complicité d'assassinats,  est le frère du tueur, Abdelkader Merah, incarcéré à Fresnes.

Interrogé deux fois par les juges devant lesquels il a nié toute implication dans les crimes, Abdelkader Merah a seulement reconnu avoir été présent lors du vol du scooter qui a été utilisé lors des crimes. Il leur a confirmé la présence d'un troisième homme au moment de ce vol, dont il refuse de donner le nom.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.