Cet article date de plus de huit ans.

Affaire Merah: Manuel Valls évoque une "faute de la DCRI"

"Incontestablement, il y a une faille, une erreur et une faute", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manuel Valls, le 20 février 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Dans l'affaire Merah, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a fauté. C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dans l'émission "Pièces à conviction" qui sera diffusée mercredi 6 mars sur France 3.

"Sur la connaissance de l'individu Merah, incontestablement l'analyse de la DCRI n'était pas la même que ceux qui le connaissaient. Et là, incontestablement, il y a une faille, une erreur et une faute", a affirmé le ministre. "Ce que démontre Merah, c'est qu'il faut revoir notre fonctionnement, à la fois le lien entre le renseignement local, à Toulouse et de manière générale, et Paris. Là, il y a eu des dysfonctionnements entre le local et le central", a développé Manuel Valls. 

"Au niveau local, il faut aussi voir comment les différents services de renseignements travaillent avec la police, la gendarmerie et la police", a proposé le ministre. Il a également évoqué des "dysfonctionnements entre la DCRI et les services extérieurs" et dans "le lien avec les services américains" qui, "s'ils avaient été interrogés avant, auraient pu donner des indications".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.