Un abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn pourrait intervenir "n'importe quand"

"La décision d'abandonner des poursuites relève du procureur et il peut la prendre n'importe quand", a déclaré Me William Taylor, l'un des avocats de DSK, lors d'une conférence de presse mercredi à Washington.Cette décision éventuelle n'est donc pas liée à la date de la prochaine comparution de l'ancien patron du FMI.

Me William Taylor et Dominique Straus-Kahn, le 6 juin 2011
Me William Taylor et Dominique Straus-Kahn, le 6 juin 2011 (AFP - Allan Tannenbaum)

"La décision d'abandonner des poursuites relève du procureur et il peut la prendre n'importe quand", a déclaré Me William Taylor, l'un des avocats de DSK, lors d'une conférence de presse mercredi à Washington.

Cette décision éventuelle n'est donc pas liée à la date de la prochaine comparution de l'ancien patron du FMI.

Les avocats et le procureur Cyrus Vance, chargé du dossier DSK, le report de la prochaine audience au 1er août au lieu de la date du 18 juillet qui était initialement prévue.

Les avocats ont dit espérer que les accusations de crimes sexuels portées contre l'ancien ministre français seraient levées d'ici là.

Interrogé sur ce report, Me Taylor a indiqué que le 18 juillet "n'était pas un date à laquelle tout aurait été décidé".

Il a répété que son client n'avait pas l'intention de plaider coupable d'un quelconque des sept chefs d'accusation portés contre lui dans le cadre d'un éventuel accord avec le procureur.

"M. Strauss-Kahn ne plaidera coupable d'aucun crime", a-t-il dit.