Cet article date de plus de neuf ans.

Le procureur Cyrus Vance a demandé l'abandon de toutes les poursuites contre DSK

C'est ce qu'ont annoncé lundi soir les avocats de Dominique Strauss-Kahn ainsi que les médias américains, à l'issue de l'entretien éclair de la plaignante Nafissatou Diallo avec le procureur de Manhattan qui l'avait convoquée.DSK s'est dit "reconnaissant" envers le procureur, selon ses avocats.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Nafissatou Diallo à son arrivée au bureau du procureur de New York le 22 août 2011 (AFP/NICHOLAS KAMM)

C'est ce qu'ont annoncé lundi soir les avocats de Dominique Strauss-Kahn ainsi que les médias américains, à l'issue de l'entretien éclair de la plaignante Nafissatou Diallo avec le procureur de Manhattan qui l'avait convoquée.

DSK s'est dit "reconnaissant" envers le procureur, selon ses avocats.

Trois mois après le déclenchement de l'affaire, le procureur a adressé au juge une motion de non-lieu. Selon lui, Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo ont bien eu une relation sexuelle, probablement "non consentie", mais les mensonges "accablants" proférés par la femme de chambre rendent la poursuite de la procédure impossible.

Les mensonges - récit erroné de l'agression et de ce qui s'était passé ensuite, notamment - dont s'est rendue coupable auprès des enquêteurs Mme Diallo, 32 ans, qui accuse l'ancien directeur général du FMI de l'avoir agressée sexuellement le 14 mai dans une suite du Sofitel, ont eu raison de sa crédibilité auprès du juge.

Aux Etats-Unis, une condamnation ne peut être obtenue en effet que par un jury unanime, convaincu "au delà du doute raisonnable". Dans ce contexte, un procès semblait difficile à gagner, en dépit des efforts des avocats de Mme Diallo pour restaurer son image.

L'avocat de la femme de chambre dénonce un déni de justice
L'avocat de la plaignante Kenneth Thompson a dénoncé un déni de justice à l'issue de la rencontre de sa cliente avec le procureur. "Le procureur Cyrus Vance refuse le droit à la justice d'une femme victime de viol", a-t-il déclaré.

"Il a non seulement tourné le dos à cette innocente victime mais aussi à toutes les expertises, les preuves médicales et physiques dans cette affaire. Si le procureur du district de Manhattan, qui est élu pour protéger nos mères et nos filles, nos soeurs, nos femmes, et nos bien aimées, ne les défend pas lorsqu'elle sont violées ou agressées sexuellement, alors qui le fera?", a-t-il ajouté.

Plus tôt lundi, il avait demandé et son remplacement.

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn, William Taylor et Benjamin Brafman, ont quant à eux répété que leur client était innocent. "Nous maintenons également qu'il y a de nombreuses raisons de croire que l'accusatrice de M. Strauss-Kahn n'est pas crédible", ont-il ajouté.

L'abandon des poursuites sera officialisé mardi
La prochaine audition de Dominique Strauss-Kahn est prévue en principe mardi. Le procureur devrait y confirmer sa demande d'abandon des poursuites. L'audition sera retransmise en direct sur France 2.

L'ancien ministre des Finances, qui faisait figure de favori pour la primaire socialiste en vue de la présidentielle de 2012, va désormais pouvoir récupérer son passeport et quitter les Etats-Unis, même si la procédure civile entamée par Nafissatou Diallo suit son cours aux Etats-Unis.

Après le pénal, la plainte au civil
Les avocats de Mme Diallo ont intenté une action civile le 8 août. Indépendante de la procédure pénale, la plainte au civil vise à obtenir une compensation financière qui pourrait se chiffrer en millions de dollars. Elle est aussi moins contraignante pour l'accusation.

Si la culpabilité doit en effet être établie "au-delà de tout doute raisonnable" au pénal, il n'en va pas de même au civil. Aux Etats-Unis, la personne se disant victime d'une agression sexuelle doit simplement apporter plus d'éléments en sa faveur que la défense, ce qui s'appelle "prépondérance de preuves".

Lire aussi:

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers DSK

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.