La plainte de Tristane Banon pour tentative de viol contre DSK a été reçue mardi au parquet de Paris

Cette plainte "est à l'étude", a-t-on appris de source judiciaire.La décision de porter plainte a été prise avant les doutes rendus publics sur la femme de chambre du Sofitel de New York, selon Tristane Banon.

La journaliste et romancière Tristane Banon
La journaliste et romancière Tristane Banon (AFP - Daniel JANIN)

Cette plainte "est à l'étude", a-t-on appris de source judiciaire.

La décision de porter plainte a été prise avant les doutes rendus publics sur la femme de chambre du Sofitel de New York, selon Tristane Banon.

Les avocats de DSK ont répliqué lundi en annonçant "une plainte en dénonciation calomnieuse contre Mme Banon".

Lorsque le ministère public aura reçue la plainte de Tristane Banon, il pourra la classer sans suite, ouvrir une enquête préliminaire ou ouvrir une information judiciaire confiée à des juges qui pourrait durer des mois.

Tristane Banon a réellement subi ce dont elle accuse l'ancien patron du FMI, ce qui signifie que le droit, en sa qualité de victime, lui est ouvert et qu'elle exerce ses droits de justiciable en exigeant réparation devant la justice française", explique Me David Koubbi.

"Ces faits ne sont pas constitutifs d'une agression sexuelle mais bien d'une tentative de viol, pour lequel le délai de prescription est de dix ans", rappelle-t-il. Ce crime est théoriquement passible de quinze ans de réclusion, mais est difficile à démontrer des années après les faits.

Tristane Banon s'explique

"Je n'en peux plus d'entendre dire que je suis une menteuse du fait que je ne dépose pas plainte", explique Tristane Banon à L'Express.fr. "Voir Strauss-Kahn libre, dîner dans un restaurant de luxe entre amis, ça me rend malade", poursuit-elle. Et d'ajouter : "Je sais bien que la moitié des gens me croira, l'autre non. Il n'y a pas de bonne solution, seulement une qui fait que je pourrai enfin me regarder dans la glace".

"Je ne veux pas que mon destin soit lié à celui de Nafissatou Diallo", clame Tristane Banon, indiquant qu'elle n'a pas voulu commenter l'affaire new yorkaise car elle ne connaissait "rien de son cas". Mais elle remarque que "si elle a menti sur certains sujets, ça ne veut pas forcément dire qu'elle a menti sur le viol".

La romancière raconte qu'elle est restée traumatisée par ce dont elle accuse Dominique Strauss-Kahn : "Plus jamais je n'ai eu de relations normales avec des hommes. Ça a été rien, puis tout, puis j'ai peur, tout le temps. Pour moi, ils étaient tous devenus des obsédés qui pouvaient me faire du mal."

Elle semble très affectée depuis l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn : "Je vis de rien parce que je ne peux plus travailler. Je ne dors quasiment pas et j'écris ce que je ne peux pas dire depuis le 15 mai".

Alors qu'elle dit ne pas vouloir indiquer d'éléments précis sur l'affaire, Tristane Banon joue au Petit Poucet en déclarant : "si on veut chercher la description approchant ce qu'il s'est passé, c'est dans Trapéziste, un roman autobiographique paru en 2006".

Changement de stratégie
Quand l'affaire a éclaté, l'incident entre Dominique Strauss-Kahn et Tristane Banon était remonté à la surface. La romancière avait assuré vouloir porter plainte, mais . Maintenant que Dominique Strauss-Kahn pourrait être acquitté, la stratégie change.

"Que ce soit bien clair: je n'ai été contacté par personne à droite, je ne suis à la solde de personne. Simplement, je sais que ça ne se fait pas de faire son boulot d'avocat devant quelqu'un comme DSK... Je n'ai pas agi en fonction du contexte.

La décision aurait été prise avant le récent coup de théâtre. "Avec ma cliente, nous avions pris notre décision avant ce rebondissement du 1er juillet, à savoir dès la mi-juin. J'ai pris le temps nécessaire parce je ne voulais pas être instrumentalisé par la justice américaine. Je ne souhaitais pas, si le dossier contre M. Strauss-Kahn n'était pas suffisamment charpenté aux Etats-Unis, que la parole de ma cliente soit liée à celle de Nafissatou Diallo - dont je rappelle que si elle a menti sur certains aspects, cela ne veut pas dire qu'elle n'a pas été violée", a affirmé l'avocat.

Le dossier de Tristane Banon est "extrêmement solide et étayé", prévient Me David Koubbi. "Si le dossier de l'accusation contre M. Strauss-Kahn (à New York) est vide, le nôtre ne l'est pas".

Les avocats de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol à New York, ont indiqué lundi qu'ils soutenaient Mme Banon.

Le député PS strauss-kahnien, Jean-Christophe Cambadélis, a estimé lundi que Tristane Banon avait sans doute été "fortement incitée" à porter plainte pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn.

Les réactions

En Martinique, où il se trouve en déplacement, a parlé d'un climat "absolument détestable".

"Huit ans après, une plainte est déposée par rapport à un incident supposé, dont moi je n'ai pas eu connaissance dans le détail", a-t-il dit.

"Je veux absolument mettre un terme à toutes ces polémiques ou colportages. Lorsqu'il se passe un événement, c'est à la victime supposée de porter plainte, et le plus tôt est le mieux. Ce n'est pas à d'autres - journalistes ou hommes politiques -, y compris par voie de télévision, d'évoquer une éventuelle plainte à la place des intéressés", a estimé François Hollande.

Interrogé sur son rôle en tant que Premier secrétaire du Parti socialiste - à l'époque de l'incident présumé - François Hollande a nié toute tentative d'obstruction: "Sa mère Anne Mansouret avait évoqué un incident qui s'était passé, mais je n'en sais pas plus. Et j'ai dit, comme je dis toujours, s'il y a matière, c'est vers la justice qu'il faut se tourner et pas vers le Premier secrétaire de l'époque du Parti socialiste."

"Madame Banon avait dit : +je ne porterai pas plainte parce que je ne veux pas interférer avec l'affaire à New York, et aujourd'hui elle le fait, c'est donc qu'on l'a fortement incitée", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis sur Europe 1, soulignant qu'il lui avait fallu "huit ans de réflexion" pour se décider.

Le député PS de Paris Jean Marie Le Guen a déclaré: "Cela fait des mois et des années que Tristane Banon raconte son histoire. Elle dépose sa plainte aujourd'hui. J'y vois une certaine forme d'opportunisme que je rattache à ce torrent de boue, ces campagnes de désinformation contre Dominique Strauss-Kahn".

"Je constate que Mme Banon est par ailleurs éditorialiste au site Atlantico, site politique proche de l'UMP que chacun connaît", a précisé M. Le Guen.

Tristane Banon, 32 ans, a effectivement publié huit contributions sur Atlantico, dont la dernière date du 27 avril 2011 ("quand je serai grande, je veux être princesse de télé-réalité").

Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a indiqué mardi sur Europe 1 que l'Elysée observait l'affaire Dominique Strauss-Kahn "avec un peu d'effarement".

"Visiblement, le retour de Dominique Strauss-Kahn n'arrange pas un certain nombre de gens", a ajouté M. Le Guen

M. Guaino a écarté l'idée d'un éventuel complot visant l'ancien directeur du Fonds monétaire international et qui aurait été téléguidé par l'Elysée.

Le député (PS) du Doubs et proche de Dominique Strauss-Kahn, Pierre Moscovici, veut, quant à lui, la fin de ce "déferlement incroyable".

>>