La femme de chambre du Sofitel assure qu'elle ignorait qui était Dominique Strauss-Kahn, selon son avocat

La victime présumée ignorait l'identité du patron du FMI jusqu'au lendemain de son agression présumée, affirmait mardi l'avocat de la plaignante sur CNN.Or, selon Le Figaro, qui cite le témoignage d'une employée du Sofitel, la femme de chambre savait que la suite 2806 était occupée par un VIP.

L\'hôtel Sofitel de Manhattan (16 mai 2011)
L'hôtel Sofitel de Manhattan (16 mai 2011) (AFP / Getty Images / Monika Graff)

La victime présumée ignorait l'identité du patron du FMI jusqu'au lendemain de son agression présumée, affirmait mardi l'avocat de la plaignante sur CNN.

Or, selon Le Figaro, qui cite le témoignage d'une employée du Sofitel, la femme de chambre savait que la suite 2806 était occupée par un VIP.

"Sa photo avait été, dans le local où nous nous changons affichée avant sa venue dans l'hôtel", a confiée cette employée au Figaro.

Mardi, le frère de la victime présumée avait indiqué qu'elle ignorait qui était le directeur général du FMI.

Cette Guinéenne de 32 ans, émigrée aux Etats-Unis depuis sept ans, vit un traumatisme "extraordinaire", ajoutait mardi son défenseur, Jeff Shapiro, sur CNN.

Depuis l'agression sexuelle presumée, elle n'est pas retournée chez elle dans le Bonx et n'a revu sa fille que mardi.

La victime présumée habite un HLM pour séropositifs
Selon le New York Post, Nafissatou Diallo habite un appartement réservé aux personnes atteintes par le VIH ou le sida où elle vit avec sa fille de 15 ans. En raison du secret médical, il n'était pas possible de savoir si la femme de chambre est atteinte ou non du sida.

"Elle souhaite rester anonyme car elle a très peur que quelque chose lui arrive sur le plan physique, elle se sent très menacée par tout cela", a indiqué mardi son avocat Me Shapiro.

La victime présumée "n'arrêtait pas de pleurer" après les faits, a assuré de son côté mardi à l'AFP un restaurateur se présentant comme son frère. L'homme d'origine guinéenne, qui tient un petit restaurant dans le quartier de Harlem, affirme que sa soeur l'a appelé au téléphone samedi après-midi alors qu'elle était en compagnie de médecins et de policiers.

La femme qui accuse le président du FMI d'agression sexuelle et de tentative de viol est une "femme bien", mère d'une adolescente, selon ses collègues et voisins cités par la presse américaine.

Une femme en état de choc
Actuellement "en état de choc" selon ses collègues, la victime présumée est une immigrée africaine âgée de 32 ans qui vit dans le Bronx (nord de New York) avec sa fille de 16 ans, selon le New York Post. Décrite comme "discrète" et "exemplaire dans son travail", cette femme surnommée Ophélia par ses collègues a été placée sous haute protection du FBI depuis l'affaire.

La direction de l'hôtel a indiqué de son côté dans un communiqué que la conduite de la victime présumée était exemplaire. "Notre employée travaille au Sofitel New York depuis trois ans et nous sommes entièrement satisfaits de son travail et de son comportement", a assuré à l'AFP le directeur général de l'hôtel Jorge Tito.

La victime présumée a identifié dimanche Dominique Strauss-Kahn parmi plusieurs hommes qui lui ont été montrés au commissariat de Harlem (nord de Manhattan) où le patron du FMI a été amené samedi soir, après son arrestation.

DSK a comparu lundi matin au tribunal pénal de Manhattan. La juge a refusé sa libération sous caution et ordonné son maintien en détention. Une prochaine audience a été fixée à vendredi.